Économie – Social

Inégalités hommes-femmes : "Jusqu'à 600 euros de différence" sur un salaire mensuel

Par Marie Rouarch, France Bleu Alsace lundi 7 novembre 2016 à 6:56

Une femme touche toujours 15% de moins qu'un homme, en moyenne, à compétences et diplômes égaux.
Une femme touche toujours 15% de moins qu'un homme, en moyenne, à compétences et diplômes égaux. © Maxppp - Bruno Levesque

Le collectif féministe "Les Glorieuses" appelle les femmes à quitter le travail à 16h34 ce lundi 7 novembre pour dénoncer les inégalités salariales hommes-femmes. Anne-Lise, d'Huttenheim, dans le Bas-Rhin, a décidé de répondre à cet appel.

Le constat du collectif féministe "Les Glorieuses" est sans appel : à partir de 16h34, ce lundi 7 novembre, les femmes travaillent gratuitement jusqu'à la fin de l'année. Un moyen de pointer du doigt les inégalités salariales persistantes entre hommes et femmes, à fonction et formation égales. Un écart de 15% en moyenne selon une étude de l'Institut européen de la statistique.

Anne-Lise vit à Huttenheim, dans le Bas-Rhin. Cette ingénieure a décidé de se mobiliser, ce lundi. Elle quittera le travail à 16h34 : "Je suis cadre donc je n’ai pas d’horaires fixes. Habituellement je pars vers 18h-18h30, je n’ai pas prévu de réunion ou autre chose donc je pourrai partir à 16h34 pour que ce soit symbolique", explique-t-elle.

J'ai pris plus de responsabilités et au final, mon salaire n'a pas augmenté. C'est ça qui est étonnant ! - Anne-Lise, ingénieure

Il faut dire qu'Anne-Lise est concernée par ces inégalités. Elle déclare : "Mon mari a commencé à travailler en même temps que moi, on a le même diplôme et depuis le début je suis moins payée que lui. Sur un salaire mensuel, il y a plus de 600 euros de différence". Du coup, Anne Lise s'interroge : "est-ce que c’est mon boulot actuel qui fait que je suis moins payée ? Faut-il que je cherche ailleurs ?"

La jeune ingénieure cherche des explications à cet écart salarial : "J’ai eu un enfant donc je n’ai pas été présente dans l’entreprise pendant six mois, mais il ne me semble pas que ce soit une chose compliquée pour les entreprises. La transition s’est très bien faite, je suis revenue, j’ai pris plus de responsabilités et au final le salaire n’a pas augmenté".

Anne-Lise, ingénieure, victime de cet écart salarial hommes-femmes, quittera le travail à 16h34, ce lundi.