Économie – Social

Inergy Laval : l'inspection du travail donne raison aux élus du personnel

Par Gildas Menguy, France Bleu Mayenne jeudi 22 décembre 2016 à 18:10

Malik Delmi et Guillaume Bozza, élus CGT du personnel, sont toujours salariés d'Inergy. A droite, Isabelle Vitry Brochard, la secrétaire générale CGT 53.
Malik Delmi et Guillaume Bozza, élus CGT du personnel, sont toujours salariés d'Inergy. A droite, Isabelle Vitry Brochard, la secrétaire générale CGT 53. © Radio France - Gildas Menguy

C'est une situation quelque peu inédite. Le 31 août dernier, le groupe Plastic Omnium a fermé son usine Inergy à Laval. Les 88 salariés ont été licenciés pour raisons économiques. Mais pour sept d'entre eux, la procédure est différente et toujours pas réglée. Explications.

Fin août 2016, le site Inergy (qui fabrique des réservoirs pour voitures) à Laval fermait ses portes. Environ 80 personnes ont été licenciées pour motif économique. Il restait ensuite le cas de sept salariés dit protégés car élus syndicaux. Dans leur cas, la procédure est particulière : une demande spécifique est étudiée par l'Inspection du Travail. Et le 18 novembre dernier, l'Inspectrice du travail en charge du dossier a refusé le motif de licenciement économique. C'est quelque chose de très rare dans ce type de dossier.

Parmi ces salariés protégés, il y a deux élus CGT (syndicat minoritaire à Inergy). Malik Delmi, opérateur, a 49 ans et 22 ans d'ancienneté et Guillaume Bozza, process régleur, a 40 ans et 17 ans de boîte. Ils perçoivent toujours leur salaire mais sont contraints de rester chez eux car ils n'ont plus d'outil de travail. Ils participent uniquement chaque mois aux réunions des Délégués du personnel et du Comité d'entreprise. Une situation difficile à vivre pour ces deux salariés qui sont dans l'expectative.

L'employeur, le groupe Plastic Omnium, a lancé un recours directement auprès du Ministère du Travail comme le veux la procédure. La décision est attendue pour la fin février.