Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Le combat des salariés de GM&S Industry pour sauver leurs emplois en Creuse

GM&S : Alain Martineau prêt à racheter les murs de l'usine pour 1 million d'euros

mercredi 26 juillet 2017 à 6:00 - Mis à jour le mercredi 26 juillet 2017 à 11:50 Par Marc Bertrand, France Bleu Berry, France Bleu Creuse, France Bleu Limousin et France Bleu

Le patron de GMD Alain Martineau, repreneur potentiel de GM&S, ira bien jeudi à l'usine de La Souterraine rencontrer les salariés. Il annonce qu'il va racheter les murs de l'usine pour un million d'euros.

La décision du tribunal de commerce de Poitiers a été repoussée au 31 juillet sur l'avenir du site GM&S de La Souterraine
La décision du tribunal de commerce de Poitiers a été repoussée au 31 juillet sur l'avenir du site GM&S de La Souterraine © Radio France - Olivier Estran

La Souterraine, France

C'est une étape importante dans le dossier de la reprise de l'équipementier automobile GM et S. Alain Martineau, le patron du repreneur potentiel GMD, annonce à France Bleu Creuse qu'il va racheter les murs de l'usine de la Souterraine, pour la somme d'un million d'euros.

Le principal point de blocage

Jusqu'à maintenant, c'est sur cette question des bâtiments que le dossier bloquait. Alain Martineau voulait que la communauté de communes de La Souterraine les rachète à la SCI propriétaire. Mais cela aurait pris des mois, avec un montage financier complexe auquel participait la région. Pas question non plus, pour le patron de GMD de payer le loyer de 180 000 euros par an exigés par les propriétaires actuels comme loyer.

On rachètera les murs, pour un million d'euros. C'est ce qui me paraît le plus sain pour que ça tourne. Parce que payer un loyer de 180.000 euros par an, c'est à fonds perdus, alors qu'une fois qu'on a acheté, on a acheté. L'entreprise va retrouver ses actifs, elle va retrouver ses murs" - Alain Martineau, patron de GMD.

Tout n'est pas encore signé noir sur blanc

Ce qui rassure aussi Alain Martineau, c'est que ministre de l'économie, Bruno Le Maire, lui a promis 15 millions d'euros d'investissement dans l'usine, de la part de l'Etat et des constructeurs. Tous ces engagements, comme celui du terrain, ne sont pas encore signés noir sur blanc. Le patron de GMD reste prudent, mais il est optimiste :

Tout a l'air de commencer à se débloquer. Si la mécanique en route ne se grippe pas, normalement j'aurai tout réglé mercredi et je pourrai me rendre jeudi matin à la Souterraine pour expliquer aux salariés mon projet de reprise. Je viens dans l'usine, donc je peux m'adresser à tous les salariés s'ils le veulent" - Alain Martineau

Une rencontre cruciale jeudi

Cette rencontre sera cruciale. Alain Martineau devra convaincre les salariés. Il faut qu'ils votent en faveur du projet de GMD pour que la justice valide la reprise de GMS. L'industriel souhaite garder seulement 120 emplois sur 277. Pour les syndicats, ce n'est pas assez. Ils se disent prêts à négocier, mais pour eux le délai est trop court. Ils réclament que la justice leur donne un nouveau sursis jusqu'à la fin de l'été.