Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

INFO FRANCE BLEU : L'aéroport de Bordeaux annonce le report de son projet de développement

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Comme beaucoup d'aéroports français, celui de Bordeaux vient d'essuyer une baisse majeure de sa fréquentation, en recul de 60%. Un repli qui contraint son directeur Pascal Personne a reporter "à des jours meilleurs" ses deux gros projets de développement. Interview.

La crise sanitaire a entrainé une chute de fréquentation de 60% à Bordeaux-Mérignac
La crise sanitaire a entrainé une chute de fréquentation de 60% à Bordeaux-Mérignac © Maxppp - maxppp

France Bleu Gironde : Quel impact la crise que nous venons de vivre aura-t-elle sur l'aéroport de Bordeaux ?

Pascal Personne : Clairement, un impact majeur, à ce stade nous enregistrons, comme tous les aéroports français, une baisse de fréquentation d'au moins 60%. Ces chiffres demandent encore à être affinés, mais ce sera en tous cas un repli majeur par rapport à l'année dernière. La bonne nouvelle, c'est que toutes les compagnies rouvrent des lignes les unes après les autres, et que pour cet été, nous sommes en mesure de proposer au départ de Bordeaux une cinquantaine de destinations à nos clients.

Visez-vous toujours les 10 millions de passagers à l'horizon 2023 ?

Non, ce n'est plus à l'ordre du jour, et de ce fait, les deux gros projets de développement qui devaient accompagner cette montée en capacité, sont eux aussi reportés à des jours meilleurs, je veux parler du bâtiment de jonction entre le hall A et le hall B et la nouvelle extension de Billi. Je pense qu'il nous faudra attendre de longs mois avant de retrouver notre niveau de trafic de 2019 et comme nous sommes réalistes, nous préférons prendre cette décision. L'agrandissement du hall A  sera le seul projet que nous mènerons à terme à ce stade.

Plus globalement, pensez-vous que l'avion restera le moyen de transport de demain ?

Ce qui est sûr, c'est que la filière prend de nombreux engagements. Les aéroports prennent d'ailleurs leur part avec le programme européen de neutralité carbone que nous avons engagé. Mais il y a aussi toutes les recherches qui sont en cours sur les moteurs plus propres. Nous sommes sur un chemin, je ne peux pas vous dire s'il prendra 5 ou 10 ans, aujourd'hui c'est une bonne direction en tous cas. En attendant, il ne faut pas je pense condamner l'avion d'aujourd'hui, qui reste sur le moyen courrier, le moyen de transport le plus souple.

L'aéroport de Bordeaux survivra-t-il à la suppression de la navette Bordeaux-Paris ?

Oui il y  survivra mais ce sera un énorme regret, car cette ligne était structurante pour nous. Avec 550 000 passagers transportés l'année dernière, elle avait fait la démonstration de son utilité. Ce sera c'est certain un manque à gagner qui viendra se rajouter aux difficultés déjà évoquées.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu