Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Lactalis : du lait infantile contaminé par la salmonelle

Le patron de l'usine de Craon : "Les parents pourront suivre la traçabilité des laits infantiles fabriqués par Lactalis"

-
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu
Craon, France

Les produits du groupe agroalimentaire mayennais, fabriqués dans l'usine qui fut au coeur de l'affaire de la contamination à la salmonelle, sont, de nouveau, disponibles sur les marchés français et étrangers.

illustration
illustration © Maxppp - © Maxppp - Claude Prigent

Il y a un mois, le 18 septembre dernier, l'Etat donnait à Lactalis l'autorisation de commercialiser de nouveau ses laits infantiles sous les marques Picot et Célia. Célia, qui remplace Milumel, le produit dans lequel les autorités avaient découvert la bactérie, vient d'être lancée en grandes surfaces. Et Picot sera exclusivement dans les rayons des pharmacies à partir du mois de novembre. 

Lactalis ne veut désormais prendre aucun risque, ne veut surtout pas revivre une telle crise sanitaire qui a plombé ses activités à Craon pendant plusieurs mois, une usine à l'arrêt, des salariés angoissés, des éleveurs laitiers préoccupés. Et qui a également nui à son image. 

Un code-barre sur chaque boîte

Donc, pour tenter de reconquérir la confiance des consommateurs, Lactalis met en place un code-barre sur chaque boite de lait infantile pour qu'ils puissent suivre la traçabilité de ce qu'ils achètent en grande surface ou en pharmacie. Arnaud Boinard, le patron de l'usine de Craon, s'en explique : "sur le couvercle des boites, les jeunes parents et les consommateurs trouveront un QR Code qu'ils peuvent scanner avec un téléphone et ainsi avoir accès directement aux marques Célia et Picot et accéder aux informations relatives aux différents contrôles de qualités menés à chaque étape de la fabrication du lait qu'ils donneront à leurs enfants". 

Lactalis a, par ailleurs, investi plusieurs millions d'euros à Craon pour sécuriser et renforcer son outil industriel : "compte tenu des volumes que nous avons aujourd'hui à fabriquer, compte tenu de la confiance que nos clients nous ont renouvelée en France et à l'étranger, nous avons identifié un besoin supplémentaire d'une vingtaine de salariés" poursuit Arnaud Boinard. 

L'usine mayennaise emploie, à ce jour, 150 collaborateurs. Beaucoup moins, cela dit, qu'avant le début de la crise en décembre 2017. "On est loin de tourner à plein. Le retour à la normale ne peut être que très progressif. Nous sommes bien conscients qu'il faudra du temps pour relancer notre lait infantile", a déclaré Daniel Jaouen, le directeur général de Lactalis, dans un entretien accordé au journal économique Les Echos

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu