Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

INFOGRAPHIE | Google devient "Alphabet" : qu’est-ce que cela signifie ?

mardi 11 août 2015 à 16:10 France Bleu

L’annonce a été faite très sobrement lundi soir par les fondateurs de Google, Larry Page et Sergey Brin. Dans une lettre publiée sur Internet, ils annoncent une réorganisation totale de l’entreprise : le groupe change de nom et devient Alphabet. Google ne sera plus qu’une filiale de ce géant, et ne gèrera plus que les services web.

L'entrée du siège de Google, à Mountain View en Californie
L'entrée du siège de Google, à Mountain View en Californie © MaxPPP

Alphabet, c’est quoi ?

C’est une toute nouvelle entreprise créée par Larry Page et Sergey Brin, les co-fondateurs de Google. Les deux ingénieurs ont annoncé lundi soir sa naissance d'ici la fin de l'année, dans une lettre ouverte mise en ligne. Il s’agit en fait d’une holding, c’est-à-dire une entreprise qui ne produit ni ne fabrique rien , et dont le seul rôle est de contrôler un certain nombre d’autres entreprises, ses filiales.

Jusqu’à présent, Google était une gigantesque entreprise qui comptait des dizaines de divisions. Acquises au fil des années par Google, elles s’étendaient dans tous les domaines : santé, automobile, finance, etc. C’est le cas par exemple de Nest, une entreprise qui a fait sa réputation en créant un thermostat connecté, rachetée par Google en 2014. Désormais, la structure a changé : Alphabet est un groupe qui contrôle huit entreprises différentes.

La nouvelle structure d'Alphabet - Radio France
La nouvelle structure d'Alphabet © Radio France - JB

Que devient Google ?

Google ne disparaît pas ! L’entreprise devient l’une des huit firmes contrôlées par la holding Alphabet. Mais elle est vidée de toutes ses activités autres que celles concernant l’utilisation d’Internet.

En clair, cela veut dire que Google en elle-même est une entreprise qui perd une part de ses activités : elle conserve bien entendu le moteur de recherche, mais aussi YouTube, le logiciel pour smartphones Android , le magasin en ligne Google Play, le service Google Maps, etc.

En revanche l'entreprise change de patron : ses deux cofondateurs prenant les rênes d'Alphabet, ils confient la gestion de Google à Sundar Pichai , actuel vice-président chargré des produits. 

C’est quoi, toutes les autres activités de Goo… pardon, d’Alphabet ?

En plus de quinze ans d’existence, Google (et bientôt Alphabet) a largement dépassé le cadre des activités concernant Internet. La firme a acquis de nombreuses technologies pour les développer . Le nouveau conglomérat Alphabet comptera donc, en plus de Google, sept entreprises qui n’ont rien à voir avec Internet :

Calico  : la plus prometteuse et la plus mystérieuse de ces entreprises est celle qui promet de « défier la mort ». En exploitant les nanotechnologies et les biotechnologies, elle expérimente notamment des méthodes pour lutter contre le cancer.Capital et Ventures , deux fonds d’investissementNest , la société d’objets connectés pour la maison dont nous avons parlé plus haut, qui s’est développée avec le thermostat connecté.Life Sciences , une entreprise qui conçoit des lentilles intelligentes, capables notamment de mesurer le diabète ou de s’adapter aux presbytesFiber , un projet d’infrastructures de réseau qui se base sur la fibre optique.Et le mystérieux X-Lab , un laboratoire ultra-confidentiel d’où sortent les projets les plus fous imaginés par Google. C’est là qu’ont été conçus les fameuses Google Glass, ou encore la Google Car, capable de rouler toute seule. Qu’est-ce qui change pour nous ?

Rassurez-vous, vous n’aurez pas à « alphabétiser » quelqu’un que vous vouliez aujourd’hui « googliser ». Concrètement, à moins que vous possédiez des actions Google en bourse (qui vont devenir des actions Alphabet), cela ne change strictement rien. Tous les produits destinés au grand public, dont le moteur de recherche le plus utilisé au monde, restent vendus sous la marque Google , qui est si populaire que le groupe ne peut pas s’en séparer.

Etant donné qu’Alphabet ne produit ni ne fabrique rien, la holding ne devrait faire parler d’elle que lorsqu’il s’agira, par exemple, de résultats financiers ou d’acquisitions de groupe. Le reste du temps, c’est de ses filiales que l’on entendra parler.

Mais alors, pourquoi ce changement ?

Les deux nouveaux patrons d’Alphabet, Larry Page et Serguey Brin, n’ont pas exactement détaillé les raisons de cette nouvelle structure. Mais de très nombreux analystes ont fourni leurs hypothèses. Pour Roger Kay, analyste au sein d’un cabinet spécialisé, "toutes ces entreprises donnaient une impression de fouillis. C’est peut-être mieux pour eux de réorganiser tout cela en distinguant celles qui font tourner la boutique de celles qui sont des projets scientifiques ou des paris à long terme" .

Car de cette façon, Alphabet sépare Google de toutes les activités plus ambitieuses. Chacune des nouvelles entreprises aura son propre patron et son propre budget. Ce qui veut dire que "si une unité réalise de bonnes ou de mauvaises performances, ils peuvent la développer ou la réduire " . Les créateurs parient sur le fait que l’échec d’un projet du X-Lab (comme celui des Google Glass) ne sera alors vu comme un échec de Google.