Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Inquiétudes de la CFDT concernant l'avenir des deux dépôts logistiques La Halle dans l'Indre

mardi 26 septembre 2017 à 6:00 Par Jonathan Landais, France Bleu Berry

Le groupe Vivarté, propriétaire de La Halle est en pleine réflexion pour revoir son organisation logistique. Le syndicat CFDT s'inquiète de l'avenir des deux dépôts d'Issoudun et de Montierchaume dans l'Indre où travaillent plus de 700 salariés.

Un magasin La Halle (illustration)
Un magasin La Halle (illustration) © Maxppp - Photographe: Sebastien JARRY

Montierchaume, France

Quel avenir pour les salariés des dépôts logistiques de La Halle ? Le groupe de textile et d'habillement Vivarté fait travailler plus de 700 salariés dans l'Indre : 230 au dépôt logistique de Montierchaume (La Halle aux vêtements) et 350 salariés à Issoudun (La Halle aux chaussures). Ces deux sites font également travailler 150 à 200 intérimaires par an, soit plus de 700 salariés au total.

D'après la CFDT le groupe Vivarté s'apprêterait à restructurer sa plateforme logistique et les deux dépôts berrichons pourraient en pâtir "avec peut-être un projet d'externalisation", c'est-à-dire que la logistique serait confiée à des sous-traitants. Le groupe Vivarté dément formellement vouloir fermer ces deux entrepôts mais la CFDT se dit très inquiète.

Plusieurs signes inquiétants selon la CFDT

Jean-Louis Alfred, délégué CFDT chez Vivarté. - Radio France
Jean-Louis Alfred, délégué CFDT chez Vivarté. © Radio France - Jonathan Landais

"On s'inquiète pour l'avenir des deux sites indriens" (Jean-Louis Alfred)

"Quand vous avez un encadrement sur la chaussure qui sort et qui n'est pas remplacé, ça interroge... quand vous avez une fermeture de 180 magasins Halle aux chaussures et que la logistique ne rentre pas dans le PSE ça nous interroge sur son avenir" avance Jean-Louis Alfred, délégué CFDT chez Vivarté. "Il y a aussi clairement les annonces de Patrick Puy, PDG du groupe, qui au mois de juillet nous annonçait que l'outil ne lui convenait pas, que les agrandissements n'étaient pas possibles et que ça ne répondait pas du tout au concept que lui avait de la logistique mixte qu'il veut créer à savoir chaussures, vêtements et e-commerce".

Les boutiques La Halle sont en effet en pleine restructuration : le groupe Vivarté envisage d'ouvrir 70 magasins La Halle mixtes, c'est-à-dire des boutiques incluant l'ensemble de la gamme vêtements et chaussures. Dans les 500 autres boutiques La Halle où seront vendus principalement des vêtements, une partie de la gamme chaussures sera également proposée à la vente.

Il n'y a aucun projet de fermeture de nos dépôts logistiques (la direction)

De son côté la direction de Vivarté dément formellement vouloir "fermer" les deux sites d'Issoudun et de Montierchaume, mais le groupe reconnaît avoir lancé des études pour "optimiser sa logistique". Car La Halle projette d'augmenter ses ventes de 30% dans les trois ans à venir, notamment grâce au numérique. Début septembre l'enseigne a d'ailleurs lancé une nouvelle application de ventes sur les smartphones, celle-ci a déjà été téléchargée plus de 200.000 fois.

La restructuration des boutiques fait partie des autres points avancés pour justifier la réflexion sur la logistique. Jusqu'ici les enseignes étaient bien séparées : d'un côté il y avait les vêtements, de l'autre les chaussures. Désormais les ventes sont mélangées sous un seul pavillon La Halle, il faut donc revoir "la cohérence des livraisons dans nos magasins" assure la direction. Quelle forme prendra cette future organisation logistique ? Quelles conséquence sur les deux sites berrichons ? La réflexion en cours devrait prendre plusieurs mois et des changements pourraient intervenir en 2018.

► A ECOUTER AUSSI : Jean-Louis Alfred, délégué CFDT chez Vivarté était l'invité du 6-9 de France Bleu Berry ce mardi 26 septembre à 7h45. Pour réécouter son interview en intégralité, c'est ici.