Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

INSOLITE - Un bar tabac de Reims victime du plan Vigipirate

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Un bar-tabac de Reims est en redressement judiciaire et pourrait bien être mis en liquidation en juin. Le bar se trouve juste en face d'une synagogue, cible potentielle d'éventuels terroristes. Comme d'autres lieux de culte, elle fait l'objet d'une surveillance renforcée. La première règle, c'est qu'il est impossible de se garer. Du coup, les clients ne viennent plus !

Pas de client
Pas de client © Radio France - Philippe Rey-Gorez

Jusqu'au 7 janvier, tout marchait bien. Le patron du bar-tabac-PMU "Le Clovis" à Reims , Philippe Da Fonte, explique qu'il arrivait à retirer un bénéfice de 2.500 à 3.000 euros par mois. Aujourd’hui, l’ambiance n’est pas du tout la même… En cause : le plan Vigipirate et l'interdiction de stationner dans cette rue où se trouve la synagogue de Reims.

Stationnement interdit

Calme plat dans la rue Clovis, où même l'arrêt minute est neutralisé . En fait, le seul véhicule autorisé à s'arrêter devant le  bar, c'est le bus, pour quelques secondes. Calme plat aussi à l'intérieur du bar-tabac. Pas un seul client, le présentoir à cigarette est vide, et il n’y a pratiquement plus de journaux. Faute d'être payés de leurs précédentes livraisons, les fournisseurs ont jeté l'éponge.

Le gérant, Philippe Da Fonte, éprouve avant tout un grand sentiment d'injustice : "Qu'ils sécurisent c'est normal mais qu'ils empêchent les gens de s'arrêter pour faire tourner le commerce, ça, ce n'est pas normal. "

Philippe Da Fonte

Le bar-tabac est en redressement judiciaire et il pourrait être mis en liquidation. Philippe Da Fonte a un prochain rendez vous au tribunal de commerce le 11 juin, il a aussi écrit au premier ministre, la confédération des buralistes peut lui accorder une aide, mais aujourd'hui, rien n'est prévu pour ce genre de cas, confirme Alain Sauvage, président de la confédération dans la Marne. "La profession essaye de l'aider de son mieux " explique-t-il.

Alain Sauvage

Rue Clovis
Rue Clovis © Radio France - Philippe Rey-Gorez
Présentoir
Présentoir © Radio France - Philippe Rey-Gorez
Choix de la station

À venir dansDanssecondess