Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Interdiction des chaudières au fioul en 2022, des exceptions seront possibles

-
Par , France Bleu

A partir du 1er janvier 2022, il sera interdit d'installer une chaudière au fioul neuve sauf quand il n'est pas possible d'utiliser un autre mode de chauffage. France Bleu vous explique.

En zone rurale, le chauffage au fioul concerne une maison sur trois
En zone rurale, le chauffage au fioul concerne une maison sur trois © Radio France - Mohand Chibani

Le décret précisant la phase de transition vers l'interdiction des chaudières au fioul en 2022 est soumis à la consultation publique à partir de ce mercredi 14 janvier 2021 avant sa publication prévue au printemps. Des exceptions sont envisagées en l’absence d'alternative "manifeste" précise Emmanuelle Wargon, la ministre déléguée au Logement dans le Parisien Aujourd'hui en France.

Interdiction dans le neuf dès juillet 2021

A compter du 1er janvier 2022, il sera interdit d’installer une chaudière au fioul neuve dans les logements existants. Dans le neuf, l'interdiction démarrera même le 1er juillet 2021. L'objectif est de remplacer d'ici 2028 la quasi totalité des chaudières par des modèles plus écologiques. "Le chauffage au fioul d'une maison moyenne de 100 mètres carrés pendant un an représente 50 000 km en voiture" selon les services d'Emmanuelle Wargon.

Des exceptions dans des cas très particuliers

Des exceptions seront prévues lors "d'impossibilités techniques manifestes d'installer un autre mode de chauffage" précise Emmanuelle Wargon au Parisien/Aujourd'hui en France. 

Parfois il n'y a "pas de gaz de ville ce qui empêche d'installer une chaudière au gaz ou bien l'apport en électricité est insuffisant pour une pompe à chaleur". Dans d'autres cas "très particuliers" de maisons de ville ou d'immeuble collectif, il n'y a pas suffisamment de place pour installer une pompe à chaleur hybride ou une chaudière à bûches ou granulés.  "Mais cela reste très marginal" estime la ministre en charge du logement. 

Les différents types de cas doivent être envisagés avant la parution définitive du décret au printemps.

Le fioul coûte beaucoup plus cher à l'usage

Pour ceux qui seraient tenter d'acheter une chaudière neuve avant l'interdiction, le gouvernement explique qu'une chaudière au fioul coûte entre 1500 euros et 3000 euros par an, contre 500 euros à 1000 euros pour une pompe à chaleur et 750 euros à 1500 euros pour un chauffage au gaz ou une chaudière à granulés. L'investissement peut donc être rentabilisé en quelques années, d'autant que des aides, publiques et privées, prennent en charge une partie des dépenses d'installation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess