Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Interdiction des marchés de plein vent : deux maires de Haute-Garonne menacent de saisir la justice

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Occitanie

MISE A JOUR Les maires de Castanet-Tolosan, Balma et Toulouse insistent auprès de la préfecture de la Haute-Garonne pour obtenir une dérogation à l'interdiction des marchés de plein vent sur leur commune. Les deux premiers ont menacé de saisir la justice, l'administration temporise.

A Castanet-Tolosan, Balma ou Toulouse, les mairies avaient mis en place des mesures strictes de distanciation (comme ici à La Rochelle)
A Castanet-Tolosan, Balma ou Toulouse, les mairies avaient mis en place des mesures strictes de distanciation (comme ici à La Rochelle) © Maxppp - Xavier Leoty

Les marchés de plein vent sont sources de tensions entre la préfecture de Haute-Garonne et plusieurs maires de l'aire urbaine toulousaine . "Je suis maire de ma commune depuis 19 ans je n'ai jamais mis ma population en danger!" tempête le maire LR de Castanet-Tolosan Arnaud Lafon.

Toulouse, Balma et Castanet-Tolosan refusent l'interdiction des marchés de plein vent dans leur commune prononcée la semaine dernière par le préfet pour cause de confinement. Ce dernier a refusé leur demande de dérogation. Rappelons qu' Edouard Philippe, le Premier ministre, a demandé l' interdiction (sauf dérogation) des marchés ouverts pour inciter encore plus les Français au confinement et éviter les contacts. 

Deux menaces de recours en justice

En fin de semaine dernière, Arnaud Lafon, le maire LR de Castanet-Tolosan (au sud-est de Toulouse), envisageait d'attaquer l'arrêté devant le tribunal administratif.  Pour l'édile (qui attend la fin des élections municipales pour passer la main) supprimer les trois jours de marché sur sa commune (mardi, vendredi, samedi) c'est excessif. Il assure qu'il avait pris des mesures drastiques de distanciation, de manipulation de l'argent, de protection et réduit le marché de 28 à 10 étals par jour de marché. D'ordinaire il y a 120 commerçants dont 28 de bouche.

Arnaud Lafon maire de Castanet-Tolosan : "les habitants sont prêts à beaucoup de concessions mais peut-être pas sur leur mode de consommation"

Et Arnaud Lafon de souligner que 10% des Castanéens ont plus de 70 ans et plébiscitent le marché. Les séniors sont aussi une des motivations du maire de Balma qui a lui aussi menacé de saisir la justice. 

A Balma, la préfecture estime que l'énorme centre commercial de Gramont suffit pour l'approvisionnement.
Mais pour Vincent Terrail-Novès (LR), cette interdiction n'a pas de sens : lui aussi avait pris des mesures efficaces et il refuse de mettre les plus anciens en danger. 

Vincent Terrail-Novès maire de Balma : "On l'a vécu comme une injustice. La puissance publique peut assurer la sécurité sanitaire. Le marché permet de ne pas envoyer les séniors, plus vulnérables, dans des endroits confinés"

Vendredi la préfecture a temporisé et demandé aux deux édiles de redéposer un dossier en ajoutant des pièces complémentaires. Vincent Terrail-Novès comme Arnaud Lafon ont donc décidé d'attendre avant de saisir la justice.

Une dérogation finalement 

Ce lundi, le ministère de l'agriculture et la Fédération des marchés de France ont annoncé que 25% des marchés de plein air ou couverts rouvrent cette semaine en France "sous protocoles sanitaires stricts". Tous les marchés qui ont rouverts jusque-là ne comptent que 10 étals, comme à Castanet-Tolosan.

Dans un arrêté publié en début de soirée lundi par la préfecture de Haute-Garonne,  Castanet Tolosan a obtenu une dérogation pour tenir un marché deux fois par semaine : le mardi avec 10 étals et le vendredi avec sept commerçants. Balma a aussi obtenu la sienne avec 10 étals les mercredi et samedi. "Les services réétudient chaque semaine toutes les demandes" précise-t-on du côté de la préfecture de Haute-Garonne. 

Ailleurs dans la région...

Les marchés sont aussi sujets de discussion à Uzès dans le Gard où la préfecture a refusé d'accorder une dérogation. Dans l'Hérault, seulement 53 communes sur les 342 que compte le département ont obtenu une dérogation (environ 15%).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu