Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Interdiction des terrasses chauffées : des gérants de brasseries et bars s'inquiètent dans plusieurs communes

-
Par , France Bleu

Alors que le gouvernement a annoncé ce lundi qu'il allait interdire les terrasses chauffées à partir de l'automne 2021, les cafetiers et gérants de brasseries s'inquiètent. À Clermont-Ferrand ou encore à Amiens, ce sera difficile à mettre en place. France Bleu fait le point.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Radio France - Claire Leys

Cette nouvelle ne rassure pas vraiment les restaurateurs, patrons de brasseries et cafetiers, qui commencent à trouver les conditions de travail très difficiles. "Le chauffage extérieur dans les terrasses" sera interdit à l'automne 2021, a affirmé ce lundi Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique, en clôture du conseil de défense sur l'écologie. "On ne peut pas chauffer à plein régime une terrasse en plein hiver pour le simple plaisir de boire son café en ayant chaud", a-t-elle justifiée. 

Toutefois, pour permettre aux restaurateurs "éprouvés par la crise du Covid" de "s'organiser", la mesure ne sera pas obligatoire avant "la fin de l'hiver prochain" a assuré Barbara Pompili.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Les gérants attendent des alternatives à Amiens

À Amiens, certains voient rouge. "On vient de traverser une crise énorme, on aimerait bien qu'on nous laisse un peu travailler", s'inquiète Stéphane Lavillette, le patron du café le Buzz. Pour lui, la cause écologique est importante mais le fait de laisser un peu de temps aux restaurateurs de se retourner et s'organiser, il ne sait pas encore vraiment quelle alternative il pourra mettre en place. 

Dans une autre brasserie, Alexandre le responsable du Loft, fait le bilan. Il a perdu 100.000 euros de trésorerie suite au confinement, et cette nouvelle règle ne devrait selon lui rien arranger : "Pour le moment ce n'est pas à l'ordre du jour de les retirer. En tout cas il va falloir voir ce qu'on nous propose". 

Moins de place dans les brasseries de Clermont-Ferrand

À Clermont-Ferrand aussi, on grince des dents. Cédric Culioli est le gérant du bar Chai Victorius, situé place de la Victoire. "Avec le Covid-19, je n'ai plus que 17 places à l'intérieur et 12 à l'extérieur. Donc si derrière ça on m'enlève le chauffage, je me retrouverai qu'avec uniquement 17 places, alors que ça me permet habituellement d'en avoir deux fois plus. Ça va être compliqué pour nous", explique-t-il.

"La mise à mort de certains cafetiers"

Pour Laurent Lutse, le président de la branche cafés, brasseries et établissements de nuit de l'UMIH, interrogé sur franceinfo ce lundi, "ce sera peut-être la mise à mort de certains cafetiers". "La terrasse chauffée apparaît comme une aberration écologique", reconnaît-il, "mais elles sont aussi une contrepartie économique non négligeable pour notre secteur"

Elles représentent même "30% du chiffre d'affaires", selon lui. Laurent Lutse s'étonne du timing de cette interdiction. "J'ai été surpris parce que le secteur n'est pas encore remis de la crise du Covid-19 et on découvre cette déclaration qui peut représenter une fermeture, une mise à mort, peut-être, pour certains cafetiers qui ont des terrasses chauffées" avance-t-il.  

Le président de la branche cafés, brasseries et établissements de nuit de l'UMIH concède qu'il sera possible de "trouver des moyens alternatifs", prenant l'exemple de Rennes, "c'est arrivé après une concertation qui a duré trois ans, avec la Ville et les commerçants. Ça ne s'est pas fait du jour au lendemain"

Il espère que les discussions commenceront "en septembre, ou en octobre, avant que la mesure n'entre en vigueur en mars prochain".

Rennes a déjà banni le chauffage sur ses terrasses 

À Rennes justement, depuis le 1er janvier, la capitale bretonne a interdit les terrasses chauffées, une décision prise au nom de l'écologie. C'est la première grande ville qui a procédé à cette interdiction, avant même la décision du gouvernement de les interdire en 2021.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess