Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Intermarché va supprimer 447 postes dans sa filiale logistique

-
Par France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Le groupe de grande distribution a annoncé mardi soir la suppression d'ici 2018 de 447 postes. Six bases logistiques de l'enseigne devraient fermer, en même temps que trois autres seront créés.

Le groupe Intermarché veut restructurer sa filière logistique
Le groupe Intermarché veut restructurer sa filière logistique © Maxppp

La direction d'Intermarché a dévoilé un plan de restructuration de sa division logistique, mardi à ses syndicats. Une restructuration qui va passer par la fermeture de six bases logistiques , ces entrepôts régionaux qui reçoivent des produits des fournisseurs avant de les redistribuer aux magasins, et par la suppression de 447 postes . En cause, une efficacité de la branche "considérablement fragilisée " : le parc logistique, "vileillssant " selon un communiqué, a de plus en plus de mal à faire face notamment aux "normes de sécurité de plus en plus drastiques ".

Les bases concernées sont celles de Rostrenen dans les Côtes-d'Armor, Saint-Gérand dans le Morbihan, Levet dans le Cher, Avermes dans l'Allier, Mellac dans le Finistère et Magny-le-Désert, dans l'Orne.

Plus de 400 propositions de mutations

Ce nombre de suppressions de postes est inférieur à celui attendu par les syndicats, qui tournait autour de 600. En revanche, la direction a également annoncé mardi soir qu'elle allait "proposer une modification de leur lieu de travail" à 401 autres salariés. Objectif : permettre l'ouverture de trois nouvelles bases , à Neuillac (Morbihan), Bourges (Cher) et Erbré (Ille-et-Villaine).

Pour les syndicats, il n'y a pas de grande différence entre les suppressions de postes et les propositions de mutation : "comment peut-on parler de mutations sachant que les collègues sont au smic, qu'ils ont pour la plupart une maison avec un emprunt sur le dos, que le conjoint travaille et que les postes qu'on leur propose sont à plus de 100km ? " s'est indigné Mickaël Aumoitte, délégué syndical CFDT.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess