Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Issoudun : le marché aux truffes en version réduite

-
Par , France Bleu Berry

Les règles sanitaires ont chanté le visage du marché aux truffes d'Issoudun. Il s'est tenu en extérieur, avec moins de producteurs. Et pour choisir son "diamant noir", impossible de le toucher ou de le sentir.

Plexiglas, masques, gestes barrières : le marché aux truffes d'Issoudun a changé de visage.
Plexiglas, masques, gestes barrières : le marché aux truffes d'Issoudun a changé de visage. © Radio France - François Chagnaud

Le marché aux truffes d'Issoudun n'avait pas son ampleur habituelle, Covid oblige. Les règles sanitaires ont forcé les organisateurs à revoir leurs plans. En lieu et place du palais des expositions PEPSI, où se tient habituellement le marché et les animations autour de la truffe, clients et trufficulteurs se sont retrouvés sur le marché d'Issoudun. Sept producteurs sont venus vendre 16 kilos de truffe noire du Berry. 

L'épidémie met une autre épine dans le pied des acheteurs. Cette année, impossible de toucher ou de sentir les fameuses tuber melanosporum avant de les acheter. "Comment on fait cette année ?" s'interroge une habituée. 

Faire son choix dans ces conditions n'est pas chose aisée. "Une truffe se choisit au nez. Parfois il y en a qui vont sentir le cuir, la terre, d'autres un peu plus alcoolisées. Avec le masque, c'est assez compliqué, c'est frustrant pour nous et pour les clients" livre un producteur de la région. 

Cette année, la truffe ne se touche qu'avec les yeux. "On choisit avec la vue. Par rapport à la taille qu'on souhaite avoir, le poids également. Par la coupe aussi, on peut voir à l'intérieur si elle est bien marbrée", explique Delphine. C'est la première fois qu'elle vient au marché aux truffes, elle a déjà tout un programme pour les fêtes. "Je vais faire des ravioles aux jus de truffe. Et pour le repas du Nouvel an, une soupe VGE. C'est une recette créée par Paul Bocuse pour le président Valéry Giscard d'Estaing."

Elle repart avec une belle truffe de deuxième catégorie. Moins esthétique, moins chère, mais "c'est le même arôme", explique Olivier, trufficulteur à Issoudun. Il existe trois catégories classées selon leur apparence : "extra", "première catégorie", "deuxième catégorie". Avant de finir sur les étals tous les précieux champignons sont soigneusement inspectés et triés par des experts. Comptez entre 800 et 900 euros pour un kilo. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess