Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Issoudun : "Nous nous sommes tués au travail", la colère des soignants de l'hôpital

-
Par , France Bleu Berry

En plein Ségur de la Santé, 80 soignants de l’Hôpital d'Issoudun (Indre) ont débrayé pendant 55 minutes ce jeudi après-midi. 55 minutes pendant lesquelles ils se sont étendus sur la pelouse de la cour du centre hospitalier devant des croix de cimetières.

80 soignants ont débrayé pendant 55 minutes à Issoudun pour dénoncer leurs conditions de travail
80 soignants ont débrayé pendant 55 minutes à Issoudun pour dénoncer leurs conditions de travail © Radio France - Elodie Rabelle

"Nous nous sommes tués" au travail !  La colère et la fatigue du personnel soignant est toujours d'actualité. En plein Ségur de la Santé, 80 soignants (soit 10% des effectifs) de l’Hôpital d'Issoudun (Indre) ont débrayé pendant 55 minutes ce jeudi après-midi.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Ils se sont étendus sur la pelouse de la cour du centre hospitalier de la Tour Blanche  à Issoudun devant des croix, une image plus que parlante pour illustrer un de leurs slogans : "L'Hôpital public est en train de mourir."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Plus de moyens et de meilleurs conditions de travail 

Parmi les revendications : une augmentation d'au moins 300 euros sur les salaires. Des salaires pérennes donc, et pas une prime ponctuelle à l'image de la "prime Covid" promise par le gouvernement. "Les revendications ne datent pas de la crise sanitaire", rappelle Kino Lo, infirmière a Issoudun.

Les soignants d'Issoudun veulent une augmentation de tous les salaires
Les soignants d'Issoudun veulent une augmentation de tous les salaires © Radio France - Elodie Rabelle

Ca fait des années qu'on est dans la rue 

"On a commencé à manifester avant le Covid ! Ça fait des années qu'on est dans la rue pour dénoncer le système ! Ce même système qu'il faut combattre ! Il y a un avant Covid, j'espère que de l'après-Covid, on tirera les leçons du passé", conclut l'infirmière. 

Un après Covid dans lequel on paierait mieux les soignants. La France se classe 28e /33 dans le classement des rémunérations des infirmières à l'hôpital. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess