Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"J'ai énormément d'amertume", réagit le pilote Henri Pescarolo après la vente aux enchères de la Matra MS 670

-
Par , , France Bleu Orléans

La mythique Matra MS 670 a été adjugée cinq millions d'euros ce vendredi. C'est à bord de ce véhicule que le pilote Henri Pescarolo avait remporté les 24 Heures du Mans en 1972. Il estime que "l'Etat français n'aurait jamais dû autoriser la vente du patrimoine sportif automobile."

Henri Pescarolo au volant de la Matra MS 670 après restauration et avant son entrée au musée de Romorantin
Henri Pescarolo au volant de la Matra MS 670 après restauration et avant son entrée au musée de Romorantin © Maxppp - Laurence Texier

Cinq millions d'euros, c'est le prix auquel a été adjugée ce vendredi après-midi la mythique Matra MS 670, fleuron de l'automobile française, vainqueur des 24 Heures du Mans en 1972 avec le pilote Henri Pescarolo. La voiture, qui a quitté le musée Matra de Romorantin l'été dernier, a été vendue aux enchères par son propriétaire, le groupe Lagardère. 

La vente n'a duré que douze minutes. On ne connaît pas l'identité de l'acquéreur, mais tout indique qu'il s'agit d'un acquéreur étranger selon Hervé Poulain, commissaire-priseur et ancien pilote automobile et de rallye. "Le collectionneur européen qui a acheté la voiture, contre un Français, a été très courageux, il a fait beaucoup de chemin."

Il est persuadé que la Matra MS 670 est désormais entre de bonnes mains. "Cet acquéreur la verra vivre, il peut la faire courir. Et donc on la reverra vivante. Ce n'est pas un collectionneur placard, c'est un collectionneur vitrine. Il va se montrer au volant." Mais cela ne suffit pas à conforter Henri Pescarolo. 

"L'aventure Matra est une aventure française !"

Le pilote ne cache pas sa tristesse, et son "amertume". "Jamais on n'aurait dû pouvoir vendre ces voitures ! De la part du groupe Lagardère, c'est un vrai scandale. Il n'y avait effectivement pas grand monde en France capable d'acheter cette voiture, et elle va partir, comme beaucoup d'autres à l'étranger." Et Henri Pescarolo met en cause le rôle du gouvernement. 

L'Etat français n'aurait pas dû autoriser la vente du patrimoine sportif automobile. 

Le pilote est que l'aventure Matra est, avant tout, une "aventure française".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess