Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Économie – Social

"J'aime mon commerce parisien"' : une campagne pour faire revenir les clients dans les boutiques

mercredi 13 mars 2019 à 17:42 Par Faustine Calmel, France Bleu Paris

Depuis le mois de novembre les commerçants de certains arrondissements voient leur chiffre d'affaires chuter. En cause, disent-ils, les manifestations des Gilets jaunes. La Chambre de commerce et d'industrie de Paris dévoile ce mercredi une campagne de communication, pour relancer l'activité.

Les autocollants de la campagne "J'aime mon commerce parisien" sur la devanture d'un restaurant à Paris
Les autocollants de la campagne "J'aime mon commerce parisien" sur la devanture d'un restaurant à Paris © Radio France - Faustine Calmel

Paris, France

Moins 20%, moins 30%, moins 40%, voire moins 50%. Ce ne sont pas les remises des soldes d'hiver, mais la baisse du chiffre d'affaires de commerçants parisiens impactés par le mouvement des Gilets jaunes. Dans les 8ème, 9ème, 17ème arrondissements notamment, ils sont nombreux à se plaindre de la désertification de leurs boutiques.

"C'est un calme fou dans le quartier, les rues sont vides, pas de voitures ni de touristes alors que nous sommes à deux pas des grands magasins, de l'Opéra et du théâtre Mogador" raconte Catherine Crosnier qui tient une crêperie rue Joubert, "certes il y a moins de monde dans les manifestations ces derniers samedis, mais les clients ne sont pas revenus. Si un de mes employés s'en va, c'est sûr, je ne le remplacerai pas".

Des affiches et des autocollants pour attirer les clients

Ce mercredi matin, huit équipes de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris ont donc sillonné les quartiers traversés depuis plusieurs semaines par les cortèges de Gilets jaunes. Elles distribuent des autocollants et des affiches à épingler sur les devantures pour promouvoir la campagne "J'aime mon commerce parisien".

"Cela s'adresse aux consomm'acteurs" explique Dominique Restino, président de la CCI de Paris. "Les commerces sont un lien au coeur des centres villes et c'est aux consommateurs de se dire "je vais y retourner". Imaginez Paris sans ses 62.000 commerces, est-ce possible ? Après les attentats en 2015, il y a eu cette mobilisation de se dire "non, nous sommes debout". Et bien là, les clients doivent se dire "non, nous sommes là, nous avons besoin de nos commerçants et ils ont besoin de nous".

Pour venir en aide aux commerçants, la Ville de Paris a annoncé des exonérations ou reports de charges. Le Premier ministre Edouard Philippe a promis une aide de trois millions d'euros pour les commerces touchés par les débordements des manifestations des Gilets jaunes. "Ce qu'il nous faudrait, oui, c'est une aide financière" poursuit Catherine Crosnier, de la crêperie Crêpes City, "mais cela me paraît difficile car nous sommes tous touchés. Il faudrait aussi que les Gilets jaunes arrêtent, et que l'on puisse enfin reprendre calmement notre activité".