Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Le Black Friday, une tradition américaine qui agace les commerçants du Nord-Isère

-
Par , , France Bleu Isère

Jacques Gerbault, président de la fédération des groupements commerciaux du Nord-Isère, ne veut pas du Black Friday. "Nous sommes mis en demeure de suivre cette coutume américaine", soutient-il.

Black Friday en plus des soldes, les petits commerces ne peuvent pas suivre selon Jacques Gerbault
Black Friday en plus des soldes, les petits commerces ne peuvent pas suivre selon Jacques Gerbault © Radio France - Tifany Antkowiak

Grenoble, France

Vendredi 29 novembre, c'était le Black Friday. Des prix cassés et des bonnes affaires toute la journée. Cette fête commerciale née aux États-Unis a débarqué en France en 2010. Aujourd'hui, elle passionne autant qu'elle divise. Jacques Gerbault, président de la fédération des groupements commerciaux du Nord-Isère, est contre. "Nous sommes mis en demeure de suivre cette coutume américaine", qui profite d'une forte "publicité faite par les GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft)".

"Les grands centres commerciaux régionaux, ça m'agace" - Jacques Gerbault

Pour lui, le Black Friday profite uniquement aux grands groupes et grands centres commerciaux et tue les petits commerces. "Les grands centres commerciaux régionaux; ça m'agace", poursuit Jacques Gerbault. "Dans un mois, c'est le soldes, une tradition française qui est nettement supérieure à la mode américaine". En tant que représentant de commerçants, il se demande si ils ne vont pas "être obligés de vendre des remises plus que de la qualité ", pointant du doigt la "publicité du village de marque à Villefontaine, qui annonce des -70% sur des prix déjà en démarque". En paraphrasant Mounir Mahjoubi, ex-secrétaire d'Etat au numérique Jacques Gerbault estime que _"lorsque Amazon créé un emploi, 2 et demi sont détruits dans le petit commerce de proximité"_. Des chiffres qui sont contestés par Amazon.

Interdire le Black Friday ? "Ce n'est pas dans notre principe de libéralisme" - Jacques Gerbault

Pour autant Jacques Gerbault ne cherche pas à interdire cette manifestation, il veut "lancer une campagne pédagogique auprès des consommateurs", car selon lui "la moitié des communes sont des communes-dortoirs", sans dynamisme ni vie économique. "Il n'y a plus un bistrot, il faut protéger nos emplois et ceux de nos enfants", conclut-il. Appelant les consommateurs à faire l'achat de proximité au prix juste.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu