Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Jambon, rillettes, saucisson : pourquoi le porc nous coûte plus cher

-
Par , France Bleu, France Bleu Maine

Depuis plusieurs mois, les prix augmentent dans les rayons charcuterie : à cause de la peste porcine africaine, qui sévit actuellement en Chine, le cours du porc a explosé. Une bonne nouvelle pour les éleveurs, mais un coup dur pour les consommateurs.

Depuis la mi-mars, on dépense davantage dans les rayons charcuterie. Le prix du porc monte alors que la Chine est forcée d'importer en masse.
Depuis la mi-mars, on dépense davantage dans les rayons charcuterie. Le prix du porc monte alors que la Chine est forcée d'importer en masse. © Maxppp - Jean-François FREY

France

L'été est bien là, les journées sont longues et douces ... Une période idéale pour les amateurs et amatrices de barbecue, qui seront ravis de ressortir le grill du garage. Mais en visitant les rayons charcuterie des supermarchés, la côte de porc ou le saucisson pourraient rester en travers de la gorge : le prix au kilo du porc a flambé en quelques mois, avec une hausse de plus de 20% depuis la mi-mars.

La flambée du prix du porc au kilo en France, quelques mois après le début de l'épidémie de peste porcine africaine en Chine. - Radio France
La flambée du prix du porc au kilo en France, quelques mois après le début de l'épidémie de peste porcine africaine en Chine. © Radio France - Capture d'écran 3trois3, site regroupant des professionnels de la filière.

Hausse durable des prix

Avec des conséquences visibles sur nos produits alimentaires de base : jusqu'à 21 euros le kilo pour des tranches de jambon de marque, soit presque un euro supplémentaire en quelques mois. Il faut également rajouter 10% sur un pot de rillettes. De quoi peser sur le budget, à la longue.

Certes, c'est une augmentation "relativement" discrète, pour une raison simple : les bouchers et les distributeurs amortissent la hausse pour le moment, grâce à des négociations d'urgence effectuées début juillet. Des accords qui ont permis de sauver beaucoup de petites entreprises de la faillite, selon la Fédération des industries charcutières (FICT). 

Stocks chinois décimés par la peste porcine

Mais ça pourrait ne pas durer : les prix ne sont pas près de redescendre, d'après l'Institut du porc (IFIP) : en cause, la réduction drastique des stocks chinois. Depuis la mi-mars, 20% du cheptel chinois a été abattu, et ce chiffre pourrait monter à 50% selon des analystes, soit 200 millions de porcs abattus. 

Une seule responsable : la peste porcine africaine, qui sévit sur l'Asie depuis le printemps. D'où cette réduction drastique du cheptel, pour éviter la contagion (qui ne touche pas les humains). Le Vietnam est lui aussi touché, avec plus de 3 millions de porcs abattus.

Autre cause : les Chinois consomment un cochon sur deux dans le monde, soit 50 millions de tonnes (en 2010) selon la Commission européenne. Résultat : pour répondre à cette énorme demande, alors que le cheptel est décimé, il faut absolument importer en masse. C'est là que les éleveurs canadiens, espagnols mais aussi français sont appelés en renfort.

La flambée du cours du porc est donc mécanique, et liée à cette demande : ces prix en augmentation sont une bonne nouvelle pour nos éleveurs, mais un coup dur pour ceux qui voulaient enchaîner les barbecues cet été.