Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

"Je suis en train de crever au boulot à petit feu ": la détresse de plusieurs salariés des Dernières Nouvelles d'Alsace

lundi 18 juin 2018 à 11:52 Par Olivier Vogel, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

Ils sont salariés mais n'ont plus aucune mission. Aux Dernières Nouvelles d'Alsace, depuis le rachat du titre par le Crédit Mutuel fin 2010, des restructurations sont en cours et la fusion avec le journal L'Alsace enclenchée. Plusieurs syndicalistes dénoncent une stratégie de harcèlement.

Des postes vidés et des salariés en souffrance
Des postes vidés et des salariés en souffrance © Maxppp - Dominique Gutekunst

Strasbourg, France

"Je suis payé à rien faire, vous êtes là, vous pourrissez et la direction elle s'en fout. Ce qu'elle veut, c'est que vous craquiez, que vous partiez et que ça lui coûte le moins cher possible". Luc Oswald a 56 ans, dont 32 d'ancienneté aux DNA. Sur le papier; l'ancien secrétaire CFE-CGC du comité d'entreprise est toujours responsable du service achats mais il explique que depuis deux ans, il n'a plus aucune mission. Il vient de porter plainte au pénal pour harcèlement. 

Il me reste 1 à 2 minutes de travail par mois. Les gens avec qui j'avais l'habitude de travailler baissent la tête quand ils vous croisent dans les couloirs. Vous n'existez plus" - Benoît Waerzeggers

Benoît Waerzeggers, délégué CFE-CGC, est responsable de domaine informatique aux DNA. Il décrit lui aussi un cauchemar en expliquant que son poste n'est plus qu'une coquille vide. Selon les organisations syndicales du journal, six délégués sont dans le collimateur de la direction qui, plutôt que de les licencier, attendrait qu'ils démissionnent. 

Pour un délégué SNJ, "la restructuration prime sur l'état des salariés"

Les DNA sont en pleine phase de restructuration et de mutualisation depuis leur rachat en 2010 par le Crédit Mutuel, propriétaire de neuf titres de presse quotidienne régionale. Les syndicats dénoncent une chasse aux sorcières qui cible certains représentants du personnel. Pierre Séjournet, délégué du SNJ, le Syndicat national des journalistes, parle d'une multiplication ces dernières années des arrêts de travail, notamment chez les cadres. Il évoque aussi un souci dans la manière dont la direction a traité les représentants du personnel et les représentants syndicaux, avec des cas de vidage de poste et de harcèlement. "On a l'impression que la restructuration prime sur l'état des salariés", explique le journaliste.

Les syndicats réclament que la charte du bien-être au travail en vigueur au Crédit Mutuel soit également appliquée aux DNA. On y réfléchira, lâche la direction qui se refuse à tout autre commentaire.

Des salariés des DNA témoignent de leur malaise au travail.