Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Jean Claude Boulard part en guerre contre l'excès de normes

mercredi 4 avril 2018 à 18:15 Par Yann Lastennet, France Bleu Maine

Comme en 2013, le maire du Mans est missionné par le gouvernement pour traquer les normes qui empoisonnent la vie des collectivités locales. Jean Claude Boulard a fait appel au président sarthois de la fédération du bâtiment pour l'aider dans sa tâche.

Jean Claude Boulard et Noël Peyramayou partent à la chasse aux normes inutiles qui empoisonnent la vie des entreprises du bâtiment et des collectivités locales
Jean Claude Boulard et Noël Peyramayou partent à la chasse aux normes inutiles qui empoisonnent la vie des entreprises du bâtiment et des collectivités locales © Radio France - yann lastennet

Le Mans, France

Noël Peyramayou et ses équipes ont dressé une liste de six points à améliorer dans les domaines de l'accessibilité, l'acoustique, l'amiante, les formations obligatoires, la réglementation des marchés publics et les normes sismiques. " Des normes qui nous empoisonnent la vie, il y en a en cascade" regrette le président sarthois de la fédération française du bâtiment. "Par exemple, dans le domaine de l'accessibilité, il y a trois hauteurs réglementaires de marches  : 16, 17 et 18 cm. Alors imaginez qu'une personne tombe dans les escaliers. Elle peut se retourner contre l'entreprise parce que la hauteur des marches était de 17 cm au lieu de 16 cm etc... Qu'il y ait un cadre précis permettant de construire en toute sécurité, c'est ce qu'on demande. Il n' y a besoin que d'une norme pas cinquante". 

Pour Noël Peyramayou, le président de la fédération sarthoise du bâtiment, l'empilement de normes complique la vie des entreprises et fait grimper la facture des collectivités publiques

La terre n'a jamais tremblé au Mans !

Selon Noël Peyramayou, l'excès de normes complique la vie des petites entreprises du bâtiment mais il fait aussi grimper la facture des collectivités locales : " C'est 5 à 6 % de surcoût" lui répond en écho Jean Claude Boulard. Le maire du Mans a "un exemple précis en tête : les normes sismiques. La terre n'a jamais tremblé au Mans mais il y a des coûts supplémentaires quand la ville construit un bâtiment car on nous impose des fondations spéciales alors qu'il n' y en a pas besoin. Je me promène souvent avec la photo de la muraille gallo-romaine qui n'a pas bougé depuis 2000 ans. Il faut des normes mais elles doivent être adaptées. C'est comme le sel et le poivre. Quand il n'y en a pas, c'est immangeable. Quand il y en a trop c'est immangeable, aussi. Tout est question de proportion". 

Jean Claude Boulard va remettre au Premier ministre dix propositions de suppression de normes qu'il juge inutiles

Jean Claude Boulard doit remettre une liste de dix propositions de normes à supprimer au Premier ministre au mois de juin. " J'ai bon espoir que l'on avance sur certains points même si quand on touche aux normes, il y a une levée de boucliers de la part des experts et de ceux qui vivent de cet empilement de normes".