Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

JO 2024 de Paris : une carte des sites des épreuves revisitée pour faire des économies

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Le conseil d'administration de Paris 2024 a validé ce mercredi 30 septembre une nouvelle carte des sites des épreuves des futurs Jeux Olympiques de Paris, revisitée, afin de réaliser des économies.

Illustration JO PARIS 2024
Illustration JO PARIS 2024 © Maxppp - Maxppp

Après plusieurs semaines de spéculations, de rumeurs, d'informations révélées dans la presse, c'est officiel : la nouvelle carte des sites des Jeux Olympiques de Paris 2024 a été validée ce matin lors d'un conseil d'administration de Paris 2024.

La Seine-Saint-Denis perd la natation

Comme prévu, la Seine-Saint-Denis perd deux épreuves dont l'une des plus importantes lors des JO : la natation. Les épreuves ne se dérouleront plus à Saint-Denis mais à la Défense Arena de Nanterre. Un transfert qui permet d'économiser 60 millions d'euros. Le 93 n'accueillera pas non plus les matches de volley-ball au Bourget, comme prévu initialement. En revanche, le département récupère l'escalade au Bourget et le rugby à 7 qui devait initialement se jouer au stade Jean Bouin, à Paris.

Le village des médias reste dans le 93

Autre garantie pour la Seine-Saint-Denis : le village des médias reste à Dugny et sera bien transformé en 1.300 logements mais ils seront construits en deux phases. Une première moitié avant les Jeux, l'autre après 2024. Le VTT reste à la Colline d'Élancourt dans les Yvelines. Enfin, les matches de foot se joueront dans 7 stades au lieu de 8. Le stade Pierre Mauroy de Lille va récupérer sans doute un sport collectif, comme le handball, le basket-ball ou le volley.

400 millions d'euros d'économies à réaliser

Avec cette nouvelle carte, les organisateurs espèrent économiser 150 millions d'euros sur les 400 millions d'économies à réaliser au total pour maintenir le budget initial de 3,8 milliards d'euros (pour l'organisation des épreuves). "L'objectif c'est de garder le programme, le nombre d'épreuves,  sur moins de sites", a rappelé Tony Estanguet, le président du comité d'organisation promet un "héritage renforcé" pour la Seine-Saint-Denis. Il n'exclut pas non plus "d'externaliser" la gestion de certains sites, notamment auprès de fédérations habituées à organiser de gros événements sportifs, ce qui serait une première dans l'histoire des Jeux.

Cette nouvelle carte n'est pas définitive. Elle doit être présentée aux différentes fédérations internationales sportives et au CIO, le comité internationale olympique avant d'être entérinée lors d'un nouveau conseil d'administration de Paris 2024, le 17 décembre prochain.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess