Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Joué-les-Tours vote ce soir un budget marqué par un fort niveau d'investissement

lundi 25 mars 2019 à 5:31 Par Boris Compain, France Bleu Touraine

Le budget 2019 de Joué-les-Tours est marqué par plusieurs éléments importants : Le haut niveau d'investissement, l'importance de la dette et la stabilité des taux d'imposition, notamment.

L'hôtel de ville de Joué-les-Tours
L'hôtel de ville de Joué-les-Tours © Radio France - Boris Compain

Indre-et-Loire, France

La deuxième plus grande ville d'Indre-et-Loire, Joué-les-Tours, vote ce lundi son budget 2019. La municipalité prévoit autour de 20 millions d'euros d'investissements. C'est beaucoup puisque ça correspond à 534 euros par habitant, 200 euros de plus par habitant que la moyenne des investissements dans les villes de taille similaire. Huit millions d'euros serviront à finir les deux grands projets du mandat de Frédéric Augis : le centre de loisirs de La Borde, et deux gymnases. 

La dette de la ville de Joué-les-Tours se monte à 30 millions d'euros : c'est autant qu'en 2008, mais c'est plus supportable, car entre-temps, les taux d'intérêts ont fortement baissé. En 2008, les intérêts de la dette coûtaient 1,4 millions d'euros par an contre 440 000 euros aujourd'hui.  La dette représente 817 euros par jocondien alors qu'elle dépasse 1 000 euros dans la moyenne des villes de même taille

A retenir, également : la stabilité des taux d'imposition, et des subventions en légère hausse, mais en hausse tout de même pour les 350 associations : +1% pour la troisième année consécutive.