Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Les papeteries Arjowiggins dans la tourmente

Journée cruciale pour les salariés d'Arjowiggins, ce mercredi

mardi 5 mars 2019 à 18:24 Par Boris Hallier, France Bleu Maine

Le tribunal de commerce de Nanterre se prononce ce mercredi sur les offres de reprise du papetier qui possède deux sites en Sarthe. Plus de 900 emplois sont menacés.

Le tribunal de commerce de Nanterre se prononce ce mercredi sur les offres de reprise d'Arjowiggins.
Le tribunal de commerce de Nanterre se prononce ce mercredi sur les offres de reprise d'Arjowiggins. © Radio France - Boris Hallier

Sarthe, France

Plusieurs salariés des sites d'Arjowiggins de Bessé-sur-Braye et de Saint-Mars-la-Brière vont faire le déplacement à Nanterre, ce mercredi. Le tribunal de commerce doit se prononcer sur les offres de reprise du papetier placé en redressement judiciaire début janvier. 

Vers un probable délai

Les administrateurs judiciaires devraient demander un report de la décision de deux semaines, le temps d'obtenir des précisions sur le dossier du principal repreneur : un papetier suédois dirigé par l'homme d'affaires norvégien. Son projet concerne les trois sites d'Arjowiggins (Saint-Mars, Bessé et Château-Thierry dans l'Aisne) mais il exige une aide financière importante. Les salariés eux attendent davantage d'informations sur l'organisation du travail.

Le groupe scandinave prévoit de reprendre plus de 400 salariés à Bessé-sur-Braye et plus de 200 à Saint-Mars-la-Brière.  

L'inquiétude des élus

Autre offre déposée : celle de l'entreprise sarthoise CGMP. Le fabriquant de serviettes et de nappes en papier n'est intéressé que par le site de Saint-Mars et prévoit de reprendre une centaine de salariés. 

Si le tribunal de commerce choisit la liquidation, "ce serait catastrophique", témoigne le maire de Saint-Mars, Patrice Vernhettes. "Arjowiggins est le premier employeur de la communauté de communes", précise-t-il.