Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

L'Armée du Salut mobilisée depuis 30 ans dans l'accueil des femmes victimes de violence à Nîmes

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Ce jeudi était une journée importante pour l'Armée du Salut à Nîmes. L'institution est installée dans la ville depuis la fin du 19e siècle. Elle fêtait notamment les 30 ans du Centre d'Hébergement et de Réinsertion sociale des Glycines qui accompagne les femmes victimes de violences.

La villa Blanche Peyron où les femmes étaient hébergées il y a 30 ans
La villa Blanche Peyron où les femmes étaient hébergées il y a 30 ans © Radio France - Sylvie Duchesne

Nîmes, France

Les personnes de l'Armée du Salut, on les voit surtout pendant la période de Noël quand elles collectent de l'argent avec leur clochette. Ce n'est que la partie émergée de l'iceberg. L'Armée du Salut est aujourd'hui présente dans une centaine de pays. En France, elle existe par le biais de deux entités, religieuse et laïque. Les deux sont présentes à Nîmes : la Congrégation est installée sur le boulevard Victor Hugo. Le bâtiment héberge au rez-de-chaussée la Paroisse de l'Armée du Salut, dans les étages une quinzaine de logements sociaux. 

La Fondation de l'Armée du Salut (laïque) gère depuis 30 ans le Centre d'Hébergement et de Réinsertion sociale "Les Glycines"dans le quartier de la tour de l'Évêque. Une douzaine de salariés y travaillent. Leur rôle : accompagner les femmes victimes de violences, qu'elles soient seules ou avec des enfants. "Ces femmes arrivent de Biélorussie, de Tchétchénie, d'Afrique Sub Saharienne, du Maghreb et des Françaises ", explique Bernard Mathes, le directeur des Glycines.  

Bernard Mathes, le directeur des Glycines

"Quand elles s'en vont, c'est pour une solution durable" 

Ces femmes sont logées dans des appartements en ville, loués à des bailleurs privés ou publics. Elles peuvent y rester plusieurs années. Le rôle des salariés : les accompagner dans toutes leurs démarches pour leur permettre de se réinsérer et de retrouver une situation stable. 

"Mon travail, c'est de les accompagner au quotidien dans leurs tâches administratives, de les écouter. On les aide à se valoriser, à se reconstruire, à trouver du travail, à se réinsérer dans la vie de tous les jours." 

Guillaume Barbin, éducateur spécialisé aux Glycines

Nina, 30 ans, victime de violences conjugales est arrivée aux Glycines il y a 2 ans

Plus de 2.000 salariés travaillent pour la Fondation de l'Armée du Salut en France

Ces femmes sont envoyées à l'Armée du Salut par le SIAO, (service intégré d'Accueil et d'Orientation) géré par la Croix Rouge. "On pense que la femme et ses enfants sont vraiment des êtres à protéger, souligne Samuel Coppens, le porte-parole national de la Fondation de l'Armée du Salut.  Tout ce qui tourne autour de la souffrance de ces personnes est une primauté dans notre travail."

Samuel Coppens, porte-parole national de la Fondation de l'Armée du Salut

A Nîmes, le centre des Glycines gère 52 places. 

Choix de la station

France Bleu