Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Journée de mobilisation des soignants : la CGT du CHU d'Amiens demande plus de lits et plus d'embauches

-
Par , France Bleu Picardie

Une nouvelle journée d'action dans le secteur de la santé, ce jeudi. Plusieurs syndicats hospitaliers réclament des lits, des embauches supplémentaires et de meilleurs salaires. Christine Quillet, secrétaire de la CGT au CHU d'Amiens, répond aux questions de France Bleu Picardie.

La CGT réclame plus de lits et des embauches supplémentaires
La CGT réclame plus de lits et des embauches supplémentaires © Radio France - Alexandre Chassignon

Ils dénoncent un manque de moyens et un manque d’effectifs. Une journée de mobilisation et de grève nationale est prévue ce jeudi dans le secteur de la santé à l’appel de la CGT, SUD et de plusieurs collectifs de soignants.

Un constat qui, selon la CGT, est encore plus criant dans ce contexte de crise sanitaire. C’est pour cette raison que l'organisation a distribué des tracts, ce jeudi matin, devant le CHU d'Amiens. Elle appelle les agents hospitaliers à faire une heure de grève. Le but de cette mobilisation ? « Obtenir des embauches immédiates et des réouvertures de lits », selon Christine Quillet, infirmière détachée et secrétaire de la CGT au CHU. 

Une mobilisation pour de meilleurs salaires 

La CGT demande aussi des augmentations pour tous les agents hospitaliers, alors que 183 euros nets ont été obtenus dernièrement avec le Ségur de la santé. Un montant jugé insuffisant par Christine Quillet : " La CGT n'avait pas signé le protocole Ségur. Nous demandons 300 euros minimum par mois de hausse de salaire pour rattraper le gel du point d'indice des fonctionnaires depuis 20 ans."

Christine Quillet est également revenue sur les annonces d’Emmanuel Macron pour tenter d’endiguer l’épidémie de coronavirus. Des couvre-feux nocturnes seront notamment mis en place dès samedi en Île-de-France et dans huit métropoles où le virus circule activement : Lille, Grenoble, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Toulouse et Saint-Etienne. Selon Christine Quillet, "ça ne va pas permettre d'enrayer l'épidémie, ça va juste permettre de ne pas trop engorger les hôpitaux. Il faudrait certainement mettre en place d'autres choses. Quand vous voyez _l'engorgement des transports en région Ile-de-France_, les mesures de protection individuelles ne peuvent pas être respectées dans ces conditions."

L'interview complète de Christine Quillet est à réécouter ici.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess