Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Journée de mobilisation du 9 mars : qui fait grève, et pourquoi ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Ce mercredi est la première grande journée de mobilisation de l'année. Plusieurs syndicats de lycéens, d'étudiants et de salariés appellent à cesser le travail. Mais qui manifestera ? Et surtout, pourquoi ? Francebleu.fr fait le point.

Quatre syndicats appellent à la grève pour le 9 mars
Quatre syndicats appellent à la grève pour le 9 mars © Maxppp -

Les syndicats ont massivement appelé à la grève ce 9 mars, notamment contre le projet de loi Travail qui doit être présenté le 24 mars au Conseil des ministres et qui suscite une vive opposition. Mais ce n'est pas le seul motif de grève, notamment pour les syndicats dans les transports, qui se mobilisent avant tout pour leurs conditions de travail.

A LIRE AUSSI : Avant-projet de loi Travail, les cinq mesures qui fâchent

A la veille de cette journée de grève, Francebleu.fr sur les acteurs et les raisons de cette mobilisation.

Les étudiants, les profs et des salariés contre la loi El Khomri

Ce sont en premier lieu des syndicats d'étudiants (Unef, CGT, FO, FSU, Solidaires) et de lycéens (UNL, Fidl) qui ont appelé à protester ce mercredi contre le projet de loi réformant le Code du Travail. D'autres syndicats, plus modérés, ont choisi de manifester de leur côté le 12 mars.

Ils sont rejoints par les enseignants du secondaire : leur syndicat majoritaire, le Snes-FSU, ainsi que la CGT Educ'Action ont appelé leurs adhérents à "rejoindre les manifestations et initiatives des jeunes".

Mais ce n'est pas tout : plusieurs syndicats de salariés ont aussi appelé à descendre dans la rue. C'est le cas, entre autres, de la CGT-Air France, de Sud-PTT, de la CGT-Commerce ou encore de la fédération CGT des services publics. Ces secteurs risquent donc de connaître également des perturbations. Pour ces syndicats, ce mercredi est une journée-test en vue de la mobilisation plus massive prévue le 31 mars. A Radio France, plusieurs syndicats ont également déposé un préavis de grève pour ce mercredi, les programmes seront donc perturbés.

Enfin, côté politique, Europe Ecologie - Les Verts appelle à la manifestation dans toutes les villes où des cortèges sont organisés. Et plusieurs fédérations locales du Mouvement des jeunes socialistes participent aussi à l'appel à la mobilisation de ce 9 mars.

Les cheminots en grève pour leurs conditions de travail

Ce mercredi, les quatre syndicats représentatifs de la SNCF (CGT, Sud-Rail, Unsa, CFDT) ont appelé à la grève, tous ensemble pour la première fois depuis 2013. Le trafic ferroviaire devrait donc être fortement perturbé tout au long de la journée. En moyenne, seul un tiers des trains devrait circuler, en Île-de-France, sur les lignes TER et la plupart des TGV.

A LIRE AUSSI : Grève SNCF, les prévisions près de chez vous

Cette mobilisation n'est pas directement liée au projet de loi El Khomri. Les cheminots profitent en réalité des négociations actuelles dans leur secteur d'activité pour alerter sur leurs conditions de travail. En effet, la SNCF, ses concurrents privés et les syndicats doivent rédiger et signer d'ici juillet une nouvelle convention collective commune à tout le secteur ferroviaire, qui définira les règles communes pour tous les employés, qu'ils travaillent dans le public ou le privé, dans le fret ou le transport de voyageurs : cela concernera notamment les horaires, les repos, les congés, etc.

Or les syndicats de la SNCF craignent une dégradation des conditions de travail, en plus de la baisse du nombre de postes (1.400 en moins pour 2016) qui a conduit la direction à fermer provisoirement plusieurs lignes au début de l'année, faute de personnel. Les syndicats appellent donc à débrayer pour peser sur ces négociations salariales, ainsi que sur la hausse des salaires.

Les agents RATP mobilisés pour une hausse des salaires

A la RATP, où le préavis de grève commence ce mardi à 22h, la grève devrait être moins suivie, selon les prévisions. Un train sur deux circulera sur le RER B entre Massy et Saint-Rémy-les-Chevreuse, mais le métro parisien roulera normalement. Dans la régie parisienne, c'est essentiellement un conflit salarial : les agents demandent une augmentation de leur salaire de base. En 2015, celui-ci avait été gelé "malgré des résultats financiers records".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess