Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Journée des droits des femmes : les inégalités professionnelles ont régressé en 2020

-
Par , France Bleu

A l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, Elisabeth Borne, la ministre du Travail présente lundi les derniers résultats de l'index de l'égalité femmes/hommes dans les entreprises. Malgré la crise les inégalités ont régressé en 2020.

Les derniers résultats de l'index de l'égalité femmes/hommes dans les entreprises doivent être présentés lundi matin par la ministre du Travail, Elisabeth Borne.
Les derniers résultats de l'index de l'égalité femmes/hommes dans les entreprises doivent être présentés lundi matin par la ministre du Travail, Elisabeth Borne. © Radio France - Christophe Abramowitz

Les derniers résultats de l'index de l'égalité femmes/hommes dans les entreprises présentés lundi par la ministre du Travail, Elisabeth Borne révèlent une situation qui "va vraiment mieux", a estimé dimanche, la ministre déléguée à l’Égalité femmes-hommes, à la Diversité et à l’Égalité des chances Elisabeth Moreno rappelant que le sujet est déclaré grande cause du quinquennat.

85 sur 100 en moyenne, la note des entreprises s'améliore

Toutes les entreprises d’au moins 50 salariés doivent calculer et publier leur Index de l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, chaque année au 1er mars. 

En 2021, 70%  des entreprises ont respecté leurs obligations à temps, contre 59% en 2020 indique Elisabeth Borne  au Figaro. La ministre du travail souligne surtout l'amélioration de la note moyenne sur 100 obtenue par les entreprises cette année. Elle atteint 85 sur 100, c'est 1 point de plus en un an, et surtout 10 points au dessus des 75 sur 100 exigés sous peine de sanctions financières ( jusqu'à 1% de leur masse salariale). 

Une amélioration qui ne comble toujours pas l'écart de salaire brut entre les deux sexes de 28%. A poste égal et pour un même nombre d'heure travaillées, il est de 9%.

Discrimination post-maternité et sur les hauts salaires

L’Index, sur 100 points, se calcule à partir de 4 à 5 indicateurs selon le nombre de salariés :

  • L’écart de rémunération femmes-hommes,
  • L’écart de répartition des augmentations individuelles,
  • L’écart de répartition des promotions (uniquement dans les entreprises de plus de 250 salariés),
  • Le nombre de salariées augmentées à leur retour de congé de maternité,
  • La parité parmi les 10 plus hautes rémunérations.

Ce sont ces deux derniers points qui sont à la traîne. Près de 3 000 entreprises (13%) ne se sont pas conformées à la règle de l'augmentation au retour de congé de maternité si pendant l’absence des collègues de la même catégorie professionnelle ont été revalorisés. Dans 171 entreprises parmi les plus de 250 salariés cette obligation légale qui date de 2006, n'est pas appliquée. "Ce n'est pas acceptable" affirme Elisabeth borne au Figaro. Quant à la parité dans les dix meilleurs rémunération à peine 26% des entreprises s'y conforment.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess