Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Journée santé morte : les opticiens rejoignent le mouvement

vendredi 13 novembre 2015 à 11:53 Par Thierry Campredon, France Bleu Belfort-Montbéliard

Médecins, spécialistes, infirmiers, ophtalmos, dentistes, une nouvelle journée d'action débute aujourd'hui pour protester contre le projet de Loi de Marisol Tourraine, et pour la première fois, les opticiens ont décidé eux aussi de participer au mouvement

Les opticiens se mobilisent contre la Loi Santé
Les opticiens se mobilisent contre la Loi Santé © Radio France - France Bleu

Montbéliard, France

Responsable de trois magasins d'optiques à Pont de Roide, Beaucourt et Mulhouse, Cécile Pegeot a décidé de rejoindre le mouvement entamé il y a maintenant plusieurs semaines par les professionnels de santé, et de fermer aujourd'hui ses rideaux. Sa première inquiétude concerne le manque d'ophtalmologistes dans l'aire urbaine, une pénurie qui a des conséquences concrètes pour son activité :  "il y a de moins en moins de prescriptions donc on vend moins de lunettes, mais surtout nos clients sont pénalisés car il y a au minimum entre huit mois et douze mois d'attente chez un spécialiste, et même si le numerus clausus a été augmenté, le temps que les nouveaux étudiants finissent leur dix années d'études, en va manquer encore plus d'ophtalmos d'autant que la grande majorité des ophtalmos de l'aire urbaine vont tous bientôt partir à la retraite".

"On tire la santé vers le bas"

Autre motif de colère pour les opticiens, le poids des mutuelles santé qui débouche sur une restriction du choix des verres et des montures pour les patients : _"aujourd'hui, les mutuelles attirent leurs clients en leur disant que ce qu'il reste à leur charge est égale à zéro" affirme _Cécile Pegeot, "mais ce qu'on oublie de leur dire c'est qu'ils tirent la santé vers le bas parce que les adhérents de ces mutuelles, quand ils viennent chez nous, n'ont pas le choix entre toutes les qualités de verres, il faut que les gens comprennent que si ils veulent de la qualité, il faut qu'ils mettent un peu au bout".

_ "_Les mutuelles ont trop de pouvoir"

Même si comme beaucoup de ses collègues opticiens, Cécile Pegeot a elle aussi adhérer à ces réseaux de soins mis en place par les mutuelles, aujourd'hui, elle aimerait que l'on revienne à la liberté de choix de l'opticien par le patient : _"j'aimerais que l'on juge notre travail, pas par rapport au remboursement que la mutuelle_ nous donne, mais par rapport à nos qualités de services, de conseils et de choix de montures et de verres". 

L'invité de 7H45 Cécile Pegeot