Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Jura : face à la possible liquidation de la fonderie MBF, les salariés menacent de tout faire sauter

-
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

Dans le Jura, les salariés de la fonderie MBF se retrouvent ce lundi à Saint-Claude, avant l'audience du mardi 25 mai 2021 à Dijon, où le tribunal statuera sur le sort des 280 salariés. Après des semaines de mobilisation, les salariés sont prêts à tout, même à faire sauter leur usine.

Mobilisation des salariés de MBF, l'entreprise jurassienne le 14 avril 2021
Mobilisation des salariés de MBF, l'entreprise jurassienne le 14 avril 2021 © Maxppp - Philippe TRIAS

Poursuivre l'activité, ou ne rien laisser derrière eux : c'est le dernier cri de détresse des salariés d'MBF, la fonderie automobile située à Saint-Claude dans le Jura. Après des semaines de mobilisation, 53 jours exactement, leur menace est bien réelle : ils pourraient faire exploser le site en cas de fermeture. Le tribunal de commerce de Dijon se prononcera mardi 25 mai 2021.

Une seule offre de reprise, une seule solution, et un acte désespéré 

Les salariés sont prêts à faire sauter la fonderie, qui leur est pourtant chère. Vendredi, ils ont placé des bonbonnes de gaz sur le parking et dans les machine. "Vous savez, quand on est dans le désespoir, on est prêt à tout," confie Nail Yalcin, délégué CGT chez MBF.  

Il était l'un des quatre salariés, qui avaient également entamé une grève de la faim le mardi. Grève interrompue samedi : leurs collègues leur demandant de ne pas mettre leur vie en danger, pour le groupe.  

Afin qu'aucun concurrent ne vienne racheter ces machines, encore aptes à fonctionner - Nail Yalcin, délégué syndical

Prêts à tout, pour sauver ces 280 emplois. Et pour cela, ils demandent à la justice d'accepter la seule proposition de rachat. L'offre de reprise de Mickaël Azoulay, l'unique potentiel repreneur du Var. "C'est notre seule alternative, pour poursuivre notre activité et tourner MBF vers l'avenir," explique Nail Yalcin.  

Sinon, les salariés épuisés menacent de faire exploser l'usine, afin "qu'aucun concurrent ne vienne racheter ces machines, encore aptes à fonctionner."

Une assemblée générale ce lundi, à la veille de la décision du tribunal

La semaine dernière Marie-Guyte Dufay, la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté a profité d'une rencontre avec Emmanuel Macron à Nevers. Elle a plaidé pour "un plan d’urgence spécifique sur ce territoire." Les salariés ont interpellé le conseiller du président de la république par la même occasion. Ils réclament aussi un engagement des constructeurs automobiles, ses deux clients quasi-exclusifs sont PSA et surtout Renault. 

Les salariés se retrouvent ce lundi 24 mai 2021, au sein de l'entreprise, pour une assemblée générale à 15 heures. Le lendemain, mardi, le tribunal de commerce de Dijon statuera sur le sort des 280 salariés d'MBF. Sera alors prononcée la liquidation judiciaire, ou non, de la fonderie jurassienne.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess