Économie – Social

Just 4 Him : le salon d'esthétique dijonnais réservé aux hommes

Par Marion Bargiacchi, France Bleu Bourgogne mercredi 26 octobre 2016 à 16:44

Le centre d'esthétique Just 4 Him a ouvert ses portes au 5 rue Michel Servet à Dijon.
Le centre d'esthétique Just 4 Him a ouvert ses portes au 5 rue Michel Servet à Dijon. © Radio France - Marion Bargiacchi

Just 4 Him est le premier et le seul salon d'esthétique réservé aux hommes en Côte-d'Or. Ouvert à la mi-décembre 2015, il propose le même éventail de soins que dans un établissement classique: épilations, massages ou encore soins de la peau. Une initiative nécessaire pour la gérante, Lucie Marmont.

Couleurs chaudes, ambiance zen, panneaux en bois : la décoration du salon d'esthétique Just 4 Him a été étudiée pour faire sentir ces messieurs à l'aise. Et pour cause, cet établissement leur est réservé. Ici, les femmes sont persona non grata "sauf pour offrir un bon cadeau à leur compagnon, leur frère, leurs amis" explique Lucie Marmont. Ouvert depuis la mi-décembre 2015, le salon ne désemplit pas "nous avons notre petit succès, ça signifie qu'il y avait une vraie demande de la part des hommes."

La décoration veut mettre tout le monde à l'aise. - Radio France
La décoration veut mettre tout le monde à l'aise. © Radio France - Marion Bargiacchi

Pourquoi un salon réservé aux hommes ?

Une vraie demande, oui. Et c'est bien ce qui pose question : pourquoi les hommes ne peuvent-ils pas se rendre dans les salons esthétiques traditionnels ? "Tout simplement parce que les esthéticiennes les refusent" explique Lucie, "Elles ont peur d'avoir des problèmes avec un client. C'est triste de réagir comme ça mais c'est un fait. Il est vrai qu'il existe des clients qui peuvent abuser et certaines esthéticiennes ont eu de mauvaises expériences." Des propositions déplacées, Lucie en a eu quelques une par téléphone.

Certains demande des choses... particulières au téléphone. C'est hors de question. Mais s'ils demandent, c'est bien que certains salons le font !

  • Lucie Marmont, gérante du salon Just 4 Him

Mais fort heureusement, ce n'est qu'une minorité d'hommes qui pose problème "Quand j'en parle à mes clients, il ne comprennent pas pourquoi certains osent demander des choses pareilles. Mais c'est comme pour les femmes, certains sont folles, certains hommes aussi." Lucie est d'ailleurs ravie de sa clientèle fidèle, plus de deux cents hommes de 18 à 60 ans.

Trois salles permettent de proposer les différents soins.  - Radio France
Trois salles permettent de proposer les différents soins. © Radio France - Marion Bargiacchi

Les hommes font de plus en plus attention à leur bien-être

"Il y a un vraie demande de la part de ces messieurs." renchéri Lucie. "Mais ils ne supportent pas les cancans, et quand bien même un salon traditionnel les accepterait, ils ne supportent pas qu'on les y remarque."

Ils sont très nombreux à me dire qu'ils piquent un peu de crème dans le pot de leur femme, qu'ils font attention à leur peau, à leur pilosité...

Charles est l'un d'eux. Ce qu'il apprécie particulièrement c'est qu'ici, tout est étudié pour les hommes : "les produits, l'ambiance, les prestations aussi qu'on ne retrouve pas forcément dans un institut à tendance féminine comme l'épilation du maillot."

Pour l'attente, des mgazines pour ces messieurs.  - Radio France
Pour l'attente, des mgazines pour ces messieurs. © Radio France - Marion Bargiacchi

Les tabous sont encore très nombreux concernant les hommes qui prennent soin d'eux, "mais les choses changent avec les générations, aujourd'hui un homme qui vient se faire masser ou faire un soin du visage ça ne choque plus les jeunes." Quant à ce que les salons d'esthétiques deviennent mixtes, Lucie ne le souhaite pas : "Je pense qu'il faut garder une bulle pour chacun. Les hommes aiment avoir leur petit moment, leur cocon, comme nous les femmes ! Ce sont des moments qui touchent à l'intime, alors de là à mixer, je ne sais pas...

  • Le salon est ouvert du mardi au vendredi de 10h00 à 20h00 et le samedi de 9h00 à 18h00, au 5 rue Michel Servet à Dijon.

Partager sur :