Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Sud-Manche : l'abattoir AIM Group est toujours en redressement judiciaire et il reste une offre de reprise

vendredi 22 juin 2018 à 17:17 Par Lucie Thuillet, France Bleu Cotentin

Nouvelle audience ce 22 juin 2018 au tribunal de commerce de Rouen : la procédure de redressement judiciaire continue pour l'abattoir de porcs de Sainte-Cécile près de Villedieu-les-Poêles. L'offre de reprise par un collectif d'éleveurs bretons doit être examinée le 4 juillet 2018.

L'offre de reprise par des éleveurs bretons doit être examinée le 4 juillet par le tribunal de commerce de Rouen.
L'offre de reprise par des éleveurs bretons doit être examinée le 4 juillet par le tribunal de commerce de Rouen. © Radio France - Lucie Thuillet

Villedieu-les-Poêles, France

L'avenir de l'abattoir de porcs AIM Group et ses 235 salariés pourrait se jouer le mercredi 4 juillet : ce jour là, le tribunal de commerce de Rouen doit examiner les offres de reprise.  Il n'en reste plus qu'une, celle d'un collectif d'éleveurs bretons qui souhaiterait avoir son propre outil d'abattage. L'autre repreneur potentiel, un homme d'affaire franco-israélien, s'est retiré.

L'offre des éleveurs bretons prévoirait, pour l'instant, la reprise d'au moins 160 salariés sur les 235 et de l'activité abattage, production et conditionnement. Mais il reste des inconnues : Quid de la partie commerciale ? Quid du financement de cette offre? Les représentants des salariés ont pu rencontrer ces repreneurs potentiels il y a quelques jours et attendent maintenant d'en savoir plus lors de l'audience du 4 juillet. D'ici là, la procédure de redressement judiciaire, commencée le 4 avril, se poursuit.