Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

L'abattoir manchois AIM Group placé en redressement judiciaire

mercredi 4 avril 2018 à 12:36 Par Lucie Thuillet, France Bleu Cotentin

Le tribunal de commerce de Rouen a rendu sa décision ce mercredi 4 avril 2018 : AIM Group est placé en redressement judiciaire avec une période d'observation de six mois. L'abattoir de porcs emploie 226 personnes à Sainte-Cécile, près de Villedieu-les-Poêles (Manche).

Trois ans après sa reprise, l'abattoir AIM Group de Sainte-Cécile (Manche) est à nouveau placé en redressement judiciaire.
Trois ans après sa reprise, l'abattoir AIM Group de Sainte-Cécile (Manche) est à nouveau placé en redressement judiciaire. © Maxppp - PHOTOPQR/OUEST FRANCE

Villedieu-les-Poêles, France

Très endettée, l'entreprise AIM Group à Ste-Cécile, près de Villedieu-les-Poêles (Manche), est à nouveau dans la tourmente, trois ans après la reprise par une partie des salariés et l'aide financière des collectivités - Département, Région et Caisse des dépôts et consignation. Ce mercredi 4 avril 2018, le tribunal de commerce de Rouen a placé l'abattoir en redressement judiciaire avec une période d'observation de six mois.

Cela signifie que l'activité est maintenue pour le moment pour les 226 salariés du site et que des repreneurs potentiels peuvent se positionner. Un nom circule, celui de la marque de consommateurs "C'est qui le patron ?", pour la fabrication de saucisses, mais il n'y a rien de concret pour l'instant. 

"C'est une épée de Damoclès, mais cette décision montre que la poursuite de l'activité est sans doute jouable sous certaines conditions, commente Philippe Gosselin, député de la circonscription de Saint-Lô et Villedieu, même s'il y a certainement encore beaucoup de questions autour de l'adaptation de l'outil, de sa modernisation et de son dimensionnement."