Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'Académie des Métiers de l'Autonomie en Corrèze est lancée pour recruter des aides à domicile

-
Par , France Bleu Limousin

Comment recruter des aides à domicile ? Ce n'est pas facile. Le métier n'attire pas beaucoup. En Corrèze le Conseil départemental a peut-être trouvé une bonne solution : il a lancé l'Académie des Métiers de l'Autonomie en Corrèze.

Pascal Coste a présenté l'académie des métiers chez Maria Magalès à Tulle, l'une des premières personnes âgées où travaille l'une des premières "pépites"
Pascal Coste a présenté l'académie des métiers chez Maria Magalès à Tulle, l'une des premières personnes âgées où travaille l'une des premières "pépites" © Radio France - Philippe Graziani

Comme tous les départements où le nombre de personnes âgées croît, le besoin en aides à domicile augmente d'années en années en Corrèze. C'est ce qui a poussé le Département à mettre sur pied l'AMAC, l'Académie des Métiers de l'Autonomie en Corrèze. "Il y a 30 % des aides à domicile qui vont partir en retraite dans les 5 ans" précise Pascal Coste, le président du Conseil départemental. Il faudra une centaine de recrutements par an pour compenser. Et ajoute-t-il "il y a besoin à peu près de 50 à 80 personnes pour faire face à l'accroissement des besoins".

Des personnes vite reparties

La difficulté est que le métier attire peu et que souvent ceux et celles qui s'y engagent en repartent très vite. Charlotte Jeannot, qui dirige  l'AVEC en Corrèze, explique que souvent "les gens ne se rendaient pas compte des difficultés. Elles faisaient une ou deux journées, au bout d'une semaine elles partaient". L'idée a été de changer d'approche en allant solliciter des personnes ayant cette valeur, cette envie de s'occuper de l'autre plutôt qu'en les attendant explique Sylvie Papon, directrice de l'autonomie au Conseil départemental. "On a élaboré avec les SAAD (Service d'Accompagnement et d'Aide à Domicile, NDLR) comment on pourrait trouver des gens qui pourraient rester dans ce métier (...) On travaille vraiment sur du sourcing ciblé". Ces personnes ainsi repérées sont appelées des "pépites".

Des ambassadrices et des tutrices

Ensuite, et c'est l'originalité du dispositif, ces personnes sont immergées dans le métier auprès d'ambassadrices, elles-mêmes aides à domicile, qui leur en montrent les réalités, bonnes et mauvaises. Puis après deux jours de formation, elles sont accompagnées dans leur début par une tutrice, également professionnelle. Et enfin elles bénéficient d'une formation continue d'un an. Le tout est pris en charge par le département. Ce sont donc des personnels plus sûrs de leurs choix et mieux armés qui peuvent être recrutés par les SAAD. Et ça marche déjà très bien. Quatre mois après son lancement l'académie a permis le recrutement de 23 aides à domiciles. 

#MaSolution

Vous avez repéré ou imaginé une solution pour améliorer le quotidien autour de chez vous ? Vous avez identifié des besoins locaux et vous avez des idées pour y répondre ? Avec “Ma solution”, France Bleu vous donne la parole : partagez votre expérience, signalez les initiatives les plus utiles, faites vos propositions et donnez votre avis sur celles des autres. La solution, c’est vous !

Pour afficher ce contenu Make org, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess