Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

L'action des "gilets jaunes", "un sabotage en règle de notre tissu économique", selon le président de la CCI à Nancy

jeudi 29 novembre 2018 à 18:49 Par Nathalie Broutin, France Bleu Sud Lorraine

Dans un communiqué, le président de la CCI, Chambre de Commerce et d'Industrie de Meurthe-et-Moselle "tire la sonnette d'alarme". Sur deux pages, François Pélissier dresse un état de la situation des entreprises du secteur très inquiétant suite aux opérations de blocage de "gilets jaunes".

François Pélissier, le président de la CCI de Meurthe-et-Moselle alerte dans un communiqué sur la situation des entreprises du secteur
François Pélissier, le président de la CCI de Meurthe-et-Moselle alerte dans un communiqué sur la situation des entreprises du secteur © Maxppp - Cédric Jacquot

Nancy, France

"On ne peut pas accepter des opérations irresponsables de blocage des approvisionnements et des accès à nos zones d'activités et commerciales" écrit dans un long communiqué François Pélissier ce jeudi 29 novembre. Pour le président de la CCI, Chambre de Commerce et d'Industrie de Meurthe-et-Moselle " c'est un sabotage en règle de notre tissu économique composé à 90 % d'entreprises de moins de dix salariés". 

Les opérations de "gilets jaunes" ont débuté le 17 novembre dernier partout en France pour dénoncer les hausses du prix des carburants et la vie chère. Des opérations de tractages, des blocages de routes, de centres commerciaux, des ralentissements de routes, des manifestations. De nouvelles actions doivent se multiplier, s'amplifier à nouveau ce samedi 1er décembre, promettent les manifestants.

"Comprendre ne peut pas signifier tout excuser et tout accepter" écrit François Pélissier 

Si le président de la Chambre écrit comprendre certaines peurs et mécontentement revendiqués par les manifestants, pour lui "comprendre ne peut pas signifier tout excuser et tout accepter". Il poursuit "le mouvement a basculé dans l'illégalité en pénalisant de façon dramatique ceux qui vivent, produisent et travaillent dans nos territoires, que ce soit dans les commerces de proximité, les zones d'activités ou plus largement dans l'ensemble du tissu économique". 

Des témoignages inquiétants des professionnels depuis une semaine , selon le président de la CCI

François Pélissier emploie un ton de colère dans son communiqué "Il faut appeler un chat un chat, les chiffres d'affaires perdus sont très importants -60 à -80 % pour certains, et d'ores et déjà irrécupérables". Il ajoute " la période de fin d'année est absolument vitale et cruciale pour l'activité de nombreuses activités et à un mois des bilans comptables annuels et aux portes des fêtes de Noël un cataclysme économique menace. Qui paiera les pertes d'activités?

Selon François Pélissier, "le mouvement des "gilets jaunes" ne peut pas continuer dans cette voie de la menace et du blocus".  "Ayons l'intelligence et le courage de tous travailler ensemble dès maintenant aux réformes dont notre pays a besoin dans le calme et en renonçant à toute forme de violence inacceptable avec un prix payé humain déjà dramatique", conclue François Pélissier.