Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'activité du port de Nantes Saint-Nazaire est restée stable malgré le confinement

-
Par , France Bleu Loire Océan

L'activité du Grand port maritime de Nantes Saint-Nazaire s'est maintenue pendant le confinement. Sur les six premiers mois de l'année, le trafic s'élève à 15 millions de tonnes ce qui est quasi-identique à 2019. En revanche, il varie beaucoup selon les secteurs.

Le trafic est resté stable pendant le confinement
Le trafic est resté stable pendant le confinement © Radio France - Anne Patinec

Avec 15 millions de tonnes de trafic sur les six premiers mois de l'année, l'activité du grand port de Nantes Saint Nazaire s'est maintenue par rapport à la même période en 2019.  Même pendant le confinement, les terminaux ont fonctionné mais avec de grosses variations selon les secteurs.

Il y a eu des baisse sur le pétrole car la consommation de carburant a chuté durant le confinement, la raffinerie de Donges tournait au ralenti. En revanche, les importations de GNL (Gaz Naturel Liquéfié) ont augmenté de 15%.  Les vracs pour l'alimentation du bétail ont progressé de 20% alors que le trafic roulier s'est arrêté avec la suspension des ventes de voitures neuves. Mais au global, le volume est resté stable". Olivier Trétout, le directeur général du Grand port maritime de Nantes Saint-Nazaire

Incertitude pour les six prochains mois

En revanche, l'incertitude règne sur les six prochains mois. "Vu les évolutions qu'on a connues, jusqu'à moins 50% par rapport au trafic de l'an passé sur certains types de produits ou de marchandises, c'est très compliqué de faire des pronostics.  Les entreprises, les industriels ont beaucoup de mal à se projeter" explique Olivier Trétout. Si pendant la crise, le port a montré son utilité, notamment dans le secteur alimentaire, un contrecoup économique de la crise sanitaire n'est pas écarté pour l'automne. Pour l'instant, les autorités portuaires continuent à tabler sur un trafic de 30 millions de tonnes en 2020 comme en 2019. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess