Économie – Social

L’anthropologue Dounia Bouzar, ciblée par Daesh : "J’ai une véritable armée autour de moi, jour et nuit"

Par Léopold Strajnic, France Bleu Isère et France Bleu mardi 4 octobre 2016 à 19:30

Dounia Bouzar (à droite) et la réalisatrice Marie-Castille Mention Shaar
Dounia Bouzar (à droite) et la réalisatrice Marie-Castille Mention Shaar © Maxppp -

L’anthropologue grenobloise Dounia Bouzar, qui a créé le centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l'Islam, a participé à la réalisation du film « Le ciel attendra », qui sort ce mercredi 5 octobre dans les salles. Le film évoque les mécanismes de l’embrigadement de Daesh.

Dounia Bouzar est une habituée du petit écran. L’anthropologue a multiplié ses dernières années les passages télé, au point de « prendre du recul » ces derniers mois pour se concentrer sur ses travaux. Ce mercredi, elle apparaît pourtant sur grand écran dans le film de Marie-Castille Mention Shaar « Le ciel attendra » qui dissèque les mécanismes de l’embrigadement de Daesh. Dounia Bouzar y joue son propre rôle, elle qui est devenue la figure en France de la déradicalisation.

À lire aussi : L'anthropologue des religions Dounia Bouzar : "Ne raisonnez pas, passez par l'affectif" en cas de dérive radicale

Une armée jour et nuit

Avant le tournage, Dounia Bouzar a accueilli la réalisatrice Marie-Castille Mention Shaar auprès de ses équipes, afin qu'elle appréhende le lavage de cerveau qu’inflige Daesh à ses « proies ». Dans le cadre de sa mission du centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l'Islam, Dounia Bouzar a déjà approché près de 1.200 jeunes tentés par le djihadisme. 60% étaient des filles. La plupart, arrêtés à la frontière alors qu’ils prévoyaient de rejoindre la Syrie.

Tata Dounia

"J’ai empêché des centaines d’adolescents d’aller là-bas !"

"Daesh n’a pas eu de problème pour reconnaître mon efficacité, la chair fraîche n’est pas arrivée à cause de moi, je suis effectivement recherchée en première ligne" explique Dounia Bouzar qui vit aujourd’hui sous protection. "J’ai une véritable armée autour de moi ,jour et nuit, 24 heures sur 24 . C’est la rançon du succès," confie cette universitaire qui fait barrage aux projets funestes de Daesh en venant en aide aux adolescents tentés par le djihad.

"C’est très affectif ensuite, car ils savent à quoi ils ont échappé ». Ils lui donnent même du 'tata Dounia' ".

  - Visactu
© Visactu -

La bande-annonce du film "Le ciel attendra"

Partager sur :