Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

L'application Uber débarque ce mercredi à Tours et cela ne fait pas que des heureux

-
Par , France Bleu Touraine

L'application mobile Uber est officiellement lancée ce mercredi dans la métropole de Tours. Ce service, qui propose des prix attractifs, permet aux utilisateurs d'être amené d'un point A à un point B. Si certains tourangeaux s'en réjouissent, ce n'est pas le cas des chauffeurs de taxis et de VTC.

L'application mobile Uber est disponible dès ce mercredi à Tours
L'application mobile Uber est disponible dès ce mercredi à Tours © Maxppp - WILL OLIVER

Tours, France

Stationnés devant la gare de Tours, les chauffeurs de taxi ne sont pas étonnés de la nouvelle. Depuis le mois de décembre dernier, avant même le lancement officiel de l'application, certains ont croisé des chauffeurs Uber. "Voyez, moi j'ai installé l'application sur mon téléphone portable pour voir comment ils travaillent" lance Hugues, au volant de son taxi. Ce chauffeur a remarqué que deux ou trois véhicules Uber circulaient déjà depuis quelques mois à Tours. L'entreprise Uber France explique que c'était pour une "phase de construction", autrement dit pour permettre aux chauffeurs de développer leur clientèle. 

Déjà des impacts sur la clientèle des taxis

Même si les chauffeurs de taxi tourangeaux s'étaient préparés à l'arrivée d'Uber, cela n'enlève rien à leur crainte. "Bien sûr que _cela me rend inquiet_" confie Hugues, qui est chauffeur de taxi à Tours depuis un an. Ce professionnel a assisté au lancement de l'application à Paris et redoute le même scénario dans la métropole de Tours. "Cela s'est très vite dégradé et déjà ici cela a commencé..."

Hugues, chauffeur de taxi tourangeau, préoccupé par l'arrivée de Uber  - Radio France
Hugues, chauffeur de taxi tourangeau, préoccupé par l'arrivée de Uber © Radio France - Lauriane Havard

Depuis que l'application Uber est en phase de test à Tours, ce chauffeur de taxi tourangeau observe déjà des effets sur son activité. "Moi, je le vois déjà, _je commence à perdre quelques clients_. Si pour le moment les véhicules Uber ne sont pas nombreux, d'ici quelques années le phénomène aura peut-être explosé!"

Uber mise sur la clientèle estudiantine 

En 2018, 50.000 personnes qui se trouvaient à Tours ont activé l'application mobile Uber pour essayer de commander une course. Parmi ces milliers de personnes, 22 % étaient des internationaux, 60% des personnes originaires d'autres villes en transit à Tours et 18% des résidents tourangeaux. Face à ces chiffres, "il y a un vrai potentiel" estime Rym Saker, la directrice de la communication d'Uber France. 

Par ailleurs, l'entreprise est tout à fait consciente du dynamisme de la ville grâce à sa population étudiante. "On mise notamment sur ça! Par exemple à Rennes, une ville qui a un peu le même profil que Tours, en un an on a doublé nos chauffeurs et on a multiplié par cinq le nombre de courses réalisées par semaine! Grâce en partie aux étudiants qui réservent des trajets de nuit"

Choix de la station

France Bleu