Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

L'apprentissage : un plus pour l'emploi

lundi 12 février 2018 à 5:45 Par Jacques Pons, France Bleu Pays Basque

L'apprentissage est au cœur d'une réforme à venir. En avril, le gouvernement présentera un projet de loi. Or, les consultations des partenaires sociaux, syndicats, patrons et conseils régionaux, révèlent des divisions sur le sujet. Des frictions surtout entre les régions et le MEDEF.

© Radio France - Jacques Pons

Pays Basque, France

L'apprentissage stagne en France. 422 000 apprentis ces dernières années. A part la Nouvelle Aquitaine où le nombre des travailleurs en alternance ne cesse de grimper. La Région est pilote dans ce domaine. Elle ne cesse d'investir dans la rénovation des lycées professionnels. Et ça marche.

L'apprentissage en Nouvelle Aquitaine : un exemple

En Nouvelle Aquitaine, on compte près de 40 000 apprentis dans 102 CFA (centre de formation d'apprentis). La Nouvelle Aquitaine investit dans les lycées professionnels, les CFA et contribuent aussi à améliorer le quotidien des apprentis en leur allouant des primes mensuelles (pour les frais alimentaires, pour l'hébergement, pour le premier équipement, pour le transport).

Le CIFA à la Talis business school de Bayonne - Radio France
Le CIFA à la Talis business school de Bayonne © Radio France - Jacques Pons

Sortir l'apprentissage d'une mauvaise image

Le sort des apprentis devrait s'améliorer aussi avec les mesures que le gouvernement compte intégrer dans son futur projet de loi. Les apprentis pourront bénéficier, par exemple, d'une aide au permis de conduire de 500 euros. L'enjeu selon le premier ministre Edouard Philippe est de faire de l'apprentissage "une voie d'excellence". 

Or, le gouvernement ne compte pas seulement aider les apprentis, il souhaite aussi changer les règles de financement et le pilotage de l'apprentissage en France. Jusqu'à présent, les conseils régionaux avaient une part prépondérante en ayant la main sur la taxe professionnelle. Cela va changer avec le projet de loi à venir porté par plusieurs ministres (travail, éducation nationale). 

Un chef d'oeuvre dans l'entrée de la maison des compagnons d'Anglet - Radio France
Un chef d'oeuvre dans l'entrée de la maison des compagnons d'Anglet © Radio France - Jacques Pons

Les régions devront composer avec les branches professionnelles

En clair, les régions perdront leur droit de "veto" (pour, par exemple, ouvrir un centre de formation). Selon la future loi, les Régions seront obligées de co-piloter l'apprentissage avec les branches professionnelles. Celles-ci pourraient donc mettre les mains dans le cambouis du moteur pédagogique. Un point que réclame depuis longtemps le MEDEF. Philippe Neys, représentant du syndicat de patrons au Pays Basque :

Philippe Neys, président du MEDEF-Pays Basque

Les premières mesures mal accueillies par les régions

Quand le premier ministre, Edouard Philippe, a levé un coin du voile sur ses intentions aux partenaire, vendredi dernier à Paris, les régions ont aussitôt condamnés le projet. Selon Hervé Morin, le président centriste de Régions de France (qui réunit tous les présidents des régions) le projet du gouvernement ne répond pas "aux véritables enjeux du développement de l'apprentissage".

Je ne comprends pas. — Alain Rousset, président de Nouvelle-Aquitaine

Le prédécesseur d'Hervé Morin dans cette association, l'Aquitain Alain Rousset, va plus loin. Il estime que ce projet est "une usine à gaz" et que l'apprentissage se trouve au cœur d'une lutte de succession au sein du MEDEF. 

Le projet sur l’apprentissage : "une usine à gaz" selon Alain Rousset

Alain Rousset, président (PS) de la région Nouvelle Aquitaine - Maxppp
Alain Rousset, président (PS) de la région Nouvelle Aquitaine © Maxppp -

Alain Rousset critique le projet de loi apprentissage

Le calendrier 

Pour l'heure, on en est encore au stade des idées. Sylvie Brunet, présidente de la concertation sur l'apprentissage, vient de remettre, fin janvier, un rapport à la ministre du travail. Muriel Pennicaud dispose désormais d'un catalogue de 44 propositions censées améliorer l'apprentissage en France. Le gouvernement présentera ensuite le projet de loi à la mi-avril.

Le secret de l'apprentissage : l'alternance

L'apprentissage souffre d'une mauvaise visibilité, sinon d'un manque d'information. Pourtant, le taux d'embauche à la sortie d'une formation a de quoi impressionner. En Nouvelle Aquitaine, 64% des apprentis obtiennent un emploi dans les sept mois suivant la fin de leur formation. Les apprentis sont aussi bien formés dans des centres de formation publics (CFA, centre de formation des apprentis, et lycées professionnels) que privés (CIFA, centre interprofessionnel de formation des apprentis et lycées professionnels privés).  

  - Aucun(e)
-

Extrême diversité des formations et des profils

Les profils des apprentis sont extrêmement variés. Les plus jeunes démarrent à 15 ans. Les niveaux partent de la troisième pour atteindre des formations au delà du bac, licence et master. Tout le dispositif repose sur des périodes d'étude alternant avec des temps en entreprise. Atout primordial des apprentis : ils sont payés. Selon les filières choisies cela va de 300 (avant 18 ans) à 1200 euros (sans compter les aides alimentaires etc.)

Témoignages d'apprentis

Téo Deletombe a 22 ans. Il est apprenti au CIFA (centre interprofessionnel de formation des apprentis) situé au sein de la Talis Business school de Bayonne. L’établissement privé accueille 510 étudiants dont 167 apprentis. Téo suit une formation "négociation relation client (Bac+2).

Témoignage de Téo Deletombe

Téo Deletombe et Inès Abadie, apprentis à la Talis Business school de Bayonne - Radio France
Téo Deletombe et Inès Abadie, apprentis à la Talis Business school de Bayonne © Radio France - Jacques Pons

Reportage sonore 

Reportage chez les compagnons d'Anglet et à la Talis business school de Bayonne

Reportage à la fédération compagnonnique d'Anglet 

Chez les compagnons d'Anglet on dénombre 500 stagiaires dont 131 apprentis (âgés de 15 à 30 ans). Une ruche implantée à deux pas du lycée professionnel Cantau spécialisé dans le bâtiment.

Pour connaitre l'essentiel des formations possibles dans les Pyrénées Atlantiques, rendez vous sur le site des CFA apprentis-64