Économie – Social

L'association des maires de France demande un report de la baisse des dotations

France Bleu jeudi 5 mars 2015 à 9:12

François Baroin, le président de l'Association des maires de France
François Baroin, le président de l'Association des maires de France © Thomas Padilla - MaxPPP

Ce jeudi, des représentants de l'Association des maires de France sont reçus par Manuel Valls à Matignon. Ils comptent demander au Premier ministre de reporter la baisse, prévue pour cette année, des dotations publiques aux collectivités, "de deux ou trois ans".

François Baroin veut "un allongement du calendrier, c'est le strict minimum ", de "deux ou trois ans " . Le président de l'Association des maires de France (AMF) est reçu ce jeudi matin, accompagné de trois autres représentants de l'association, par Manuel Valls à Matignon, pour "faire un point sur le désastre qui est en train de s'organiser ". 

Dans le viseur de l'AMF : les baisses drastiques de dotation publiques pour les collectivités territoriales, en particulier les mairies. François Baroin dénonce "une décision unilatérale de baisser de 30% nos dotations " . Selon l'ancien ministre UMP et maire de Troyes, la marche de réduction des dotations est "inatteignable " : 3,7 milliards d'euros de dotation en 2015, et la même chose en 2016.

"Le bloc communal n'est responsable que de moins de 4% de la dette publique nationale (...) or c'est à lui que l'on demande de porter 58% de l'effort aux collectivités locales" — François Baroin, président de l'Association des maires de France

Vers une grève de l'Etat civil ?

"Un millier de communes ou d'intercommunalités peuvent basculer dans le rouge et donc être dans une situation de passer sous tutelle de l'Etat " en 2015, ajoute-t-il. Autre risque, selon lui : "60.000 à 70.000 emplois dans le BTP " sont menacés en raison de la baisse des commandes publiques , après que 8.000 emplois ont déjà été détruits dans ce secteur en 2014. 

"Nous ne voulons pas aller jusqu'au bras de fer ", nuance Andé Laignel, maire PS d'Issoundin (Indre) et premier vice-président de l'AMF. Mais d'ores et déjà plusieurs maires de communes rurales ont menacé d'une "grève de l'Etat civil " , ou d'une marche jusqu'à Paris, munis d'une "écharpe noire ". 

Partager sur :