Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

L'association avignonnaise "Graver dans l'art" met la clef sous la porte

-
Par , France Bleu Vaucluse

La direction départementale de la cohésion sociale de Vaucluse demande à l'association du quartier Reine Jeanne de se déclarer officiellement comme Accueil de loisirs sans hébergement. Le président de "Graver dans l'art" a décidé de cesser toute activité.

Aboulghazi Ilyas, 25 ans, président de l'association "Graver dans l'art", dans le quartier Reine Jeanne à Avignon.
Aboulghazi Ilyas, 25 ans, président de l'association "Graver dans l'art", dans le quartier Reine Jeanne à Avignon. © Radio France - Elsa Vande Wiele

Avignon, France

Ce n'est pas par gaieté de coeur que le président de "Graver dans l'art", association implantée dans le quartier Reine Jeanne à Avignon, cesse toute activité. Aboulghazi Ilyas est à bout. Depuis 2017, il dédie tous ses mercredis après-midis aux enfants de son quartier. Sorties au musée, au cinéma, ateliers d'écriture... Ces derniers ont eu l'occasion de participer à un bon nombre de sorties culturelles grâce à lui. 

Aujourd'hui, la Direction départementale de cohésion sociale (DDCS) de Vaucluse lui réclame des comptes." L'association "Graver dans l'art" n'est pas en règle sur le plan de la sécurité des mineurs", indique Christine Maison, la directrice de la DDCS. "Le président doit fournir un certain nombre de documents, sans quoi il n'a pas le droit d'organiser ces sorties." Dans la liste de ces papiers figurent les diplômes des bénévoles qui encadrent les jeunes. 

"Je demandais systématiquement des attestations aux parents."a"Il doit se déclarer comme accueil de loisirs sinon les enfants devront être accompagnés des parents lors des activités",

Aboulghazi Ilyas avait pourtant l'impression d'être aux normes. _"Dès le début j'ai prévenu la DDCS_. Elle savait que j'organisais des permanences tous les mercredis. Je demandais systématiquement des attestations aux parents pour les autorisations de sorties."

S'il continue à organiser des projets le mercredi dans les conditions actuelles, le président de l'association risque de devoir payer des amendes. "Il doit se déclarer comme Accueil de loisirs sinon les enfants devront être accompagnés des parents lors des activités", prévient la DDCS.

Quitte à arrêter les permanences hebdomadaires, Aboulghazi Ilyas a préféré tout laisser tomber. Il est écoeuré. La DDCS se dit prête à l'aider dans ses démarches administratives. Celui-ci reproche aux responsables de le menacer de sanctions, de "lui mettre la pression" et "de ne pas employer les bons moyens" pour le soutenir dans son projet.