Économie – Social

L'avenir de GL Bijoux se joue cette semaine

Par Germain Treille et Stéphane Milhomme, France Bleu Drôme-Ardèche mardi 11 mars 2014 à 6:15

Une vue générale de GL Bijoux au Cheylard en Ardèche.
Une vue générale de GL Bijoux au Cheylard en Ardèche. © Stéphane Milhomme - Radio France

Le tribunal de commerce d'Aubenas en Ardèche convoque tout le monde ce mardi pour évoquer l'avenir du fabricant de bijoux installé dans les Boutières : la direction actuelle, les repreneurs potentiels et les représentants des salariés seront présents devant les juges. Quel plan de reprise sera retenu parmi quatre dossiers ? Combien de licenciements sur les 440 emplois restants ?

Sauf coup de théâtre, les juges rendront leur décision d'ici une semaine, le temps nécessaire pour examiner chaque dossier correctement. La séance du jour va leur permettre d'entendre, une toute dernière fois, les points de vue des uns et des autres. Et notamment ceux des candidats à la reprise. Il y en a quatre aujourd'hui, ils étaient sept il y a un mois.

Il s'agit de trois sociétés spécialisées dans le rachat d'entreprise en difficulté, LFC, Impala et Renaissance. Et l'offre de Bernadette Pinet Cuoq, ex-cadre chez GL, l'une des principales responsables de la fédération nationale de la bijouterie. Renaissance et Pinet-Cuoq recueillent les faveurs des salariés, ils ont récemment voté en assemblée générale pour donner leur opinion.

Une manifestation de salariés de GL Bijoux au Cheylard en novembre 2011.  - Radio France
Une manifestation de salariés de GL Bijoux au Cheylard en novembre 2011. © Radio France - Stéphane Milhomme
L'avis reste consultatif mais, espèrent-ils, sera pris en considération. Les deux candidatures soutenues par le personnel prévoient des plans de licenciements limités par rapport à leurs concurrents encore en lice. Entre 280 et 300 salariés seraient conservées sur les 440 qui travaillent actuellement dans les Boutières...

L'avenir de GL Bijoux se joue cette semaine