Économie – Social

L'avenir du quotidien La Marseillaise fixé le 15 avril

Par Anne Jocteur Monrozier et Laurent Grolée, France Bleu Gard Lozère, France Bleu Provence et France Bleu Vaucluse mardi 7 avril 2015 à 10:23 Mis à jour le mardi 7 avril 2015 à 17:40

Lecteurs et salariés de La Marseillaise devant le tribunal de commerce de Marseille
Lecteurs et salariés de La Marseillaise devant le tribunal de commerce de Marseille © Laurent Grolée / Radio France

Après une audience ce mardi, le tribunal de commerce de Marseille décidera le 15 avril de la poursuite ou non de l’activité du quotidien régional de gauche, en prise à de graves difficultés financières. Un seul repreneur est encore en lice.

Lecteurs et salariés se sont réunis ce mardi matin devant le tribunal de commerce de Marseille où se tenait, après plusieurs renvois, une audience cencernant l'avenir de La Marseillaise.

La reprise ou la liquidation

Le tribunal étudiera d'ici le 15 avril la seule offre de reprise encore en lice, celle des Éditions des Fédérés , dirigées par le secrétaire départemental du Parti communiste, Pierre Dharréville et qui a la faveur des salariés.

Son offre comprend 700 000 euros de fonds propres, un prêt de 1,5 million d'euros auprès de la BPI et le maintien de la ligne éditoriale. Mais elle est assortie d'un plan de départ concernant 90 des 208 salariés du quotidien , une diffusion raccourcie à six jours par semaine au lieu de sept et la suppression de plusieurs agences du titre.

L'autre option, la pire, pourrait être la liquidation du journal communiste fondé par la Résistance en 1943 et distribué dans les Bouches-du-Rhône, le Var, le Vaucluse, le Gard et les Alpes-de-Haute-Provence.

Actuellement placée en redressement judiciaire, La Marseillaise s'est déclaré en cessation de paiement fin 2014, avec 1,5 million d'euros de pertes.

Antoinette, fidèle lectrice de La Marseillaise - Radio France
Antoinette, fidèle lectrice de La Marseillaise © Radio France