Économie – Social

L'avenir très incertain des salariés d'Alstom Transport à Belfort

Par Nicolas Wilhelm et Thierry Campredon, France Bleu Belfort-Montbéliard mardi 24 février 2015 à 14:58

Grève à Alstom Transport à Belfort
Grève à Alstom Transport à Belfort © Radio France - Nicolas Wilhelm

A l'appel de la CGT, 200 salariés d'Alstom et de GE ont manifesté dans la cour de l'usine pour la sauvegarde de l'emploi, 300 postes pourraient disparaître cette année chez Alstom Transport à Belfort.

Les chiffres ont de quoi inquiéter. Dans son rapport publié fin novembre, la FIF, la Fédération des Industries Ferroviaires, 15 000 emplois pourraient être supprimés en France dans le secteur, 300 pour le seul site de Belfort , soit plus de la moitié des effectifs actuels

"L'ambiance est bizarre dans les ateliers"

Selon ce même rapport, la construction de TGV devrait décroître à partir de 2017 pour devenir quasi nulle à partir de 2019. Une perspective que ne veut pas imaginer David Keyzer, délégué CGT d'Alstom Transport à Belfort. "On est très inquiet pour notre avenir ".

Grève Alstom / BOB Keyzerr

Ce mardi matin, la CGT avait donc appelé les salariés à faire grève dans les ateliers, mais aussi les ouvriers d'Alstom Power et de GE de les rejoindre pour sauvegarder les emplois industriel.

Un appel relativement entendu puisque 200 salariés se sont retrouvés dans la cour de l'usine. Pascal Novelin, délégué CGT, est "plutôt satisfait ".

Grève Alstom Novelin

Le silence de la direction est insupportable

Au delà de l'épée de Damoclès qui pèse sur l'emploi, c'est le silence de la direction qui est aujourd'hui insupportable pour les salariés. Depuis fin novembre, aucune communication officielle n'a été réalisée, et il ne devrait pas y en avoir davantage dans les jours qui viennent déplorent les syndicats.

Dans un communiqué, la direction se contente de dire que le site de Belfort connaît actuellement des difficultés liées à l'absence de commande sur le marché du frêt et une baisse de charge sur la grande vitesse.