Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

L'avion de Ryanair redécolle de l'aéroport de Mérignac, la saisie du département de la Charente a payé

vendredi 9 novembre 2018 à 18:48 Par Mélanie Domange et Catherine Berchadsky, France Bleu La Rochelle et France Bleu Gironde

Ryanair a versé 525 000 euros au département de la Charente. L'avion bloqué sur l'aéroport de Mérignac depuis jeudi soir est donc reparti ce vendredi soir.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Maxppp - Marcel Kusch

Charente, France

Une victoire pour le département de la Charente dans le bras de fer qui dure depuis des années avec Rynanair. La compagnie irlandaise a été contrainte de payer vendredi matin les 525 000 euros qu'elle devait au syndicat mixte des aéroports de Charente. Il faut dire que les élus charentais et la DGAC, la direction Générale de l'aviation civile, avaient fait procéder jeudi soir, par voie d'huissier, à la saisie à titre conservatoire d'un avion de la compagnie Rynanair. L'appareil était immobilisé sur le tarmac de l'aéroport de Bordeaux-Mérignac, obligeant les 149 passagers à embarquer dans un autre vol pour Londres 5 heures plus tard. 

Voilà des années que le syndicat mixte des aéroports de Charente ( SMAC) cherchait à récupérer des aides publiques versées à Ryanair, du temps où la compagnie exploitait une ligne entre Angoulême et Londres. Ces aides avaient été jugées illégales dès 2014 par la commission européenne et Ryanair condamné à rembourser en 2016.

L'avion est reparti vendredi vers 18h

Le bras de fer a tourné hier à l'avantage de la Charente, Rynanair a finalement débloqué les 525 000 euros, pour permettre à son avion de redécoller vers 18h vendredi. Didier Villat le président du Smac, est très content de son coup : "Saisir un avion de la Ryanair pour payer une dette, c'est une première mondiale" dit-il. Dans le camps adverse, on y voit surtout  "une démonstration de force"; pour procéder à l'exécution d'une décision de la commission européenne qui sera possiblement invalidée dans un mois, lorsque le dossier sera examiné par la cour européenne de justice le 13 décembre.