Infos

L'eau du robinet est encore trop polluée

Par Marina Cabiten, France Bleu mercredi 26 février 2014 à 14:46

L'eau du robinet
L'eau du robinet © Fotolia.com

Près d'un million et demi de Français reçoivent aujourd'hui une eau du robinet trop polluée, selon l'enquête révélée mercredi par l'UFC-Que Choisir. Malgré ce bémol, l'association estime que 98% des Français ont accès toute l'année à une eau de bonne qualité.

C'est l'agriculture qui, selon l'UFC-Que Choisir, est la principale cause de cette pollution de l'eau du robinet encore trop présente en France. Mercredi, une enquête de l'association de consommateurs fait le bilan sur la qualité de l'eau en 2013.

Eau non conforme pour encore trop de foyers

D'après l'UFC, 1,48 millions de Français payent encore pour une eau trop polluée, non conforme à la règlementation sur six critères : qualité bactériologique, teneur en aluminium, pesticides, nitrates, sélénium et radioactivité.

Malgré cela, l'association précise que "98% des Français ont accès tout le long de l'année à une eau de bonne qualité".

L'enquête s'appuie sur les résultats d'analyses publiés par le ministère de la Santé. Une carte interactive pour connaître la qualité de l'eau dans sa commune est publiée sur le site de l'association.

Une bonne qualité "en trompe-l'oeil"

Dans 63% des cas de non-conformité, l'eau arrive trop chargée en pesticides, en nitrates issus des apports d'engrais et de fumure animale sur les cultures et en sélénium, un composant du sous-sol naturel mais toxique apparaissant dans les cas de "surexploitation des nappes phréatiques".

Ces pollutions agricoles concernent surtout selon l'UFC "les zones d'agriculture intensive du quart Nord-Est de la France".

La qualité de l'eau est bien meilleure dans les zones urbaines, mais gloalement pour l'association cette bonne qualité reste "en trompe l'oeil", car elle résulte d'un gros travail de dépollution et pas d'une prévention pour protéger les nappes. "Une aberration économique, puisque ce sont les consommateurs - et non les agriculteurs pollueurs - qui paient l'essentiel des taxes de dépollution". L'association profite donc du Salon de l'agriculture pour réclamer des soutiens financiers accrus aux agriculteurs soucieux de protéger l'environnement en réduisant les produits chimiques.

Partager sur :