Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

L'école de chasse de la base 705 aura définitivement quitté Tours en 2021

mercredi 6 septembre 2017 à 17:19 Par Boris Compain, France Bleu Touraine

Le transfert de l'école de chasse de Tours à Cognac sera achevé en 2021, ce qui entraînera le départ d'environ 300 militaires, qui pourrait être compensé par l'arrivée d'autres personnels des armées. Les élus locaux ont trois ans pour assurer la survie de l'aéroport de Tours.

4 alphajets de l'école de chasse en formation dans le ciel de Touraine...un spectacle qu'on ne verra plus à partir de 2021
4 alphajets de l'école de chasse en formation dans le ciel de Touraine...un spectacle qu'on ne verra plus à partir de 2021 © Radio France - Boris Compain

Indre-et-Loire, France

L'école de chasse aura définitivement quitté Tours dans 3 ans. C'est désormais officiel, après des mois d'incertitude. L'école va être progressivement transférée à Cognac.

L'ensemble du transfert de Tours à Cognac prendra environ 1 an et demi...mais tout sera fini en 2021

Le Colonel Vallette, le tout nouveau commandant de la base 705 a confirmé la date de départ de l'école de chasse en prenant ses fonctions, mercredi 6 septembre.

"A compter de 2021, il n'y aura plus d'activité aérienne militaire à Tours, ce qui ne remet évidemment pas en cause la pérennité de la base aérienne. L'armée de l'air reste à Tours" Colonel Vallette, nouveau commandant de la base 705

Le transfert de l'école de chasse entraîne le départ des Alphajets et de leurs pilotes et mécaniciens. Les contrôleurs aériens et les militaires chargés du secours-incendie sur l'aéroport vont partir aussi. Le transfert concerne, au total, plusieurs centaines de personnes, selon le Colonel Mazoyer, qui termine 2 ans de commandement sur la base 705.

"Ca représente environ 300 personnes, compensées certainement en partie ou en totalité par d'autres entités de la Défense qui pourraient venir s'implanter à Tours" Colonel Mazoyer, commandant de la base 705 depuis 2015

On sait déjà que 120 personnes du service de santé des armées arrivent à Tours à l'été 2018. Des contacts ont déjà été pris avec le ministère pour en faire venir d'autres. L'objectif est de conserver autour de 1 800 militaires à Tours-Nord, comme aujourd'hui, sans oublier les 500 militaires basés à Cinq-Mars-La-Pile.

Les collectivités ont 3 ans pour assurer le maintien de l'aéroport de Tours

L'autre conséquence du départ de l'école de chasse, c'est l'incertitude qu'il fait planer sur l'avenir de l'aéroport par lequel 200 000 personnes ont transité l'an dernier : Il faut que les collectivités s'entendent pour trouver comment remplacer les militaires qui s'occupent du contrôle aérien, de l'entretien de la piste, des secours. Un budget de 3 à 5 millions d'euros par an, qu'il va falloir réussir à financer.

Au printemps dernier, le Colonel Mazoyer avait laissé entendre, dans la presse, qu'il fallait que les élus se bougent un peu plus, pour assurer la survie de l'aéroport. Il estime que les choses ont changé depuis la présidentielle, et qu'une nouvelle impulsion a été donnée par le Préfet et les nouveaux députés. Une réunion a d'ailleurs lieu vendredi prochain. Le Préfet réunit les élus de la Métropole, du Département et de la Région pour réfléchir à l'avenir de l'aéroport de Tours