Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

L'école de la deuxième chance ouvrira ses portes à Mourenx l'année prochaine

mardi 31 octobre 2017 à 18:35 Par Axelle Labbé, France Bleu Béarn

Une école de la deuxème chance ouvrira ses portes à Mourenx dans le courant de l'année 2018. Destiné à des jeunes de 16 à 30 ans qui ont décroché, le réseau compte une centaine d'établissements en France.

L'école de Mourenx devrait accueillir 40 élèves
L'école de Mourenx devrait accueillir 40 élèves © Maxppp - S. Gaudard

Mourenx, France

Cette fois ça y est, l'école de la deuxième chance est lancée dans les Pyrénées-Atlantiques. Elle sera installée au centre Yves Dréan à Mourenx. L'établissement accueillera dès l'année prochaine des jeunes en échec scolaire avec un niveau de qualification faible, type CAP ou BEP, qui ne trouvent ni travail ni formation. Ils pourront intégrer l'école quand ils le souhaitent, il n'y a pas de rentrée en septembre comme dans une école classique. Et tout est fait sur mesure: il peut y avoir des cours de remise à niveau en français ou en mathématiques par exemple, et surtout une formation professionnelle de 8 mois en moyenne. Si cette école est crée à Mourenx, ce n'est pas un hasard : il y a de la demande sur le bassin de Lacq dans les secteurs de la chaudronnerie ou de la peinture industrielle par exemple, mais les employeurs peinent à recruter, faute de professionnels correctement formés. Les élèves sont rémunérés pendant leur formation, ils devraient toucher environ 500 euros par mois.

Une formation sur-mesure

Il existe déjà beaucoup de dispositifs pour aider les jeunes qui décrochent, mais celui-ci est particulier explique Patrice Laurent, le maire de Mourenx : "c'est le jeune qui va construire son projet, il est à l'origine de la demande. La formation est sur-mesure pour lui, pour lui permettre de retrouver le sourire, un peu de dignité et pouvoir se projeter dans la vie. On va définir avec lui la durée de la formation, les matières sur lesquelles il faudra insister. Et on verra avec lui ce qu'il veut faire".

Le travail, c'est une rémunération et c'est aussi un statut social - Bernard Dupont, conseiller départemental

Le réseau "école de la deuxième chance" a été créé à la fin des années 90, près de 15 000 jeunes en ont déjà bénéficié en France. Bernard Dupont, conseiller départemental délégué à la Jeunesse, porte le projet. Pour lui, plus qu'une école de la deuxième chance, c'est même celle de la dernière chance pour ces jeunes peu ou pas diplômés, qui sans cela "sont condamnés à 40 ans de vie active en petits boulots ou RSA", explique-t-il. "Ce n'est pas une vie normale. Si on veut fonder une famille, avoir un appartement, une maison, être dans le circuit il faut avoir un travail. Le travail, c'est une rémunération et c'est aussi un statut social. C'est tout cela qu'on essaye de promouvoir au travers de cette école".

Le conseil départemental a approuvé les statuts la semaine dernière, cela va coûter environ un million d'euros par an. Deux autres établissements devraient ensuite ouvrir dans le département, un dans l'agglomération paloise et l'autre au pays Basque.