Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Reconfinement : le coup de grâce pour l'économie corse ?

-
Par , , France Bleu RCFM

Chambres consulaires, organisations professionnelles et élus se sont réunis ce mardi pour évoquer les conséquences de la crise sanitaire sur l’économie de la Corse mais aussi sa sauvegarde et sa relance.

Le monde économique insulaire s’est réuni ce mardi à l'IMF de Borgu pour faire face au Covid-19
Le monde économique insulaire s’est réuni ce mardi à l'IMF de Borgu pour faire face au Covid-19 - DR/

Le monde économique insulaire s’est réuni ce mardi à l'IMF de Borgu pour faire face au Covid-19. Les chambres consulaires, de très nombreuses organisations professionnelles représentant tous les secteurs de l'île (tourisme, agriculture, artisanat, transport...), mais aussi des élus à commencer par le président de l'Exécutif, ont dressé un constat très sombre de la situation économique et sociale de l'île. Une réunion d'échanges en forme de SOS avec la suppression de centaines d'emplois, des entreprises fragilisées par une dette globale de 1,2 milliard d’euros.

Un mur de dettes

Une situation qui pourrait empirer en cas de nouveau confinement, Emmanuel Macron s'exprimera à ce sujet ce mercredi soir à 20h, d'où l'inquiétude de Jean-Charles Martinelli, le président de la Chambre de métiers de Corse : « Les dégâts vont être considérables, dans les 3 ou 4 mois qui arrivent le PGE qui reporte la problématique est une catastrophe. Un prêt garanti d’État qui sera un piège pour la plupart des entreprises. Un deuxième reconfinement serait un cataclysme. »

Jean-Charles Martinelli, le président de la Chambre de métiers de Corse

Chambres consulaires, organisations professionnelles et élus se sont réunis ce mardi pour évoquer les conséquences de la crise sanitaire sur l’économie de la Corse
Chambres consulaires, organisations professionnelles et élus se sont réunis ce mardi pour évoquer les conséquences de la crise sanitaire sur l’économie de la Corse - DR/

« Tout ceci ressemble à une veillée mortuaire autour de l'économie corse », ces mots, cinglants ont été tenus par Charles Zuccarelli, le président du MEDEF corse lors de cette grand-messe. Il redoute ce troisième tour de vis : « Un nouveau confinement risque d’être le coup de grâce, il y a un risque d’effondrement. Il y a eu une résilience assez forte et surprenante des entreprises, des mesures très fortes telles que le PGE et les reports de charges ne sont qu’un mur de dettes supplémentaires. Aujourd’hui si vous stoppez encore l’économie on va être obligé de payer sur une période à nouveau sans chiffre d’affaires. »

Charles Zuccarelli, le président du MEDEF corse

Pierre Orsini, le président de la CCI de Haute-Corse, a regretté de son côté, il n'est pas le seul, l'absence de la part de l’État de traitement spécifique pour l'île et il se dit très inquiet : « _Nous ne voyons pas l’issue de cette pandémie et quelques difficultés à mettre en place les mesures que le gouvernement propose car elles sont bien souvent tournées vers l’industrie_, le tissu économique corse est composé de TPE. On désire avoir le report des échéances de PGE, on se trouve devant un mur de dette de près d’un milliard d’euros, et l’effacement des charges, les entreprises n’auront pas les moyens d’assumer tout ça. »

Pierre Orsini, le président de la CCI de Haute-Corse

Quelle part pour la Corse ? 

Pour faire face à ce cataclysme Gilles Simeoni, le président de l'Exécutif, a annoncé qu'un plan de relance et de sauvegarde en étroite collaboration avec notamment les chambres consulaires sera soumis dans les prochaines semaines au vote de l'Assemblée de Corse avant de le proposer à Paris : « Il faut travailler ensemble, élaborer un plan de sauvegarde car il y a des situations de détresse et d’urgence absolue, mais aussi de relance et que nous l’adoptions très vite. Et puis ensemble nous adresser au gouvernement et à l’État, dans le cadre du plan global France Relance qui a acté un volume de 100 milliards d’aides, quelle part reviendra à la Corse ? La Corse a le droit de voir ses difficultés prises en considération, la collectivité de Corse mettra sa part d’effort budgétaire et financier. »

Gilles Simeoni, président du conseil Exécutif de Corse

Au lendemain de cette grande réunion, l'invité de la rédaction ce mercredi sur RCFM était Stéphane Venturini, vice-président de la Chambre de commerce et d'industrie de Corse.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess