Économie – Social

L'économie sociale et solidaire crée des emplois en Bourgogne

Par Edouard Marguier, France Bleu Bourgogne mercredi 16 septembre 2015 à 6:00

L'économie sociale et soldaire comparée au secteur privé sur l'emploi.
L'économie sociale et soldaire comparée au secteur privé sur l'emploi.

Ce secteur recrute malgré la crise. L'économie sociale et solidaire fait maintenant vivre 58.000 personnes en Bourgogne. Elles sont un demi-millier de plus par rapport à 2014. Plusieurs raisons expliquent cette bonne forme.

Le "tiers secteur", comme on surnomme l'économie sociale et solidaire pour l'opposer aux deux traditionnels secteurs privé et public, ne plie pas face à la conjoncture difficile et la croissance nulle.

Non-délocalisable

Première explication. Les 6000 établissements de l'économie sociale et solidaire de Bourgogne proposent en grande majorité des activités de services. Ce constat est vrai partout en France. Il s'agit donc d'emplois qui ne peuvent pas être délocalisés.

Pas des entreprises comme les autres

Seconde explication. Ces entreprises ne sont pas des entreprises comme les autres. Il s'agit des coopératives, des associations, des mutuelles, des fondations ou encore des très à la mode Scop. Leurs statuts juridiques leur imposent de réinjecter tout ou partie de leurs bénéfices dans l'établissement. L'argent reste ainsi dans la structure. Les associations, qui doivent réutiliser la totalité des bénéfices, sont à l'origine de 340 créations d'emploi sur les 500 créés dans le secteur l'an dernier.

Jusqu'à quand?

Le problème est que beaucoup de ces établissements vivent grâce aux subventions des collectivités territoriales. C'est surtout vrai pour ceux qui travaillent dans les arts et spectacles. Or, ces subvention risquent de diminuer avec la baisse des dotations de l'Etat. On observe déjà un léger recul de l'emploi dans l'économie sociale et solidaire depuis le début de l'année 2015 de moins 0,3%.