Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'enseigne de chaussures André reprise par son ancien patron, 55 des 288 magasins seraient conservés

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Le tribunal de commerce de Grenoble (Isère) a validé mardi après-midi l'offre de reprise de l'enseigne de chaussures André par François Feijoo, l'ancien PDG de la marque entre 2005 et 2013, et ancien patron d'Eram. Une pointure du secteur.

Les Chaussures André ont été rachetées par leur ancien patron, François Feijoo
Les Chaussures André ont été rachetées par leur ancien patron, François Feijoo © AFP - Serge Attal

Le tribunal de commerce de Grenoble (Isère) a validé mardi après-midi l'offre de reprise de l'enseigne de chaussures André par François Feijoo, l'ancien PDG de la marque entre 2005 et 2013, et ancien patron d'Eram. Sa société 1monde9 est donc devenue propriétaire de l'enseigne André. Ce sera effectif à compter du 5 août. Il s'est engagé à conserver 55 des 288 magasins ainsi que 221 salariés sur 409, les autres étant licenciés. A Grenoble, les magasins de la place Grenette et de Grand Place vont fermer.

Seul candidat à la reprise

L'enseigne appartenait au grenoblois Spartoo (société de vente en ligne de chaussures) avant d'être placée en redressement judiciaire début avril en raison de la crise sanitaire du Covid-19. François Feijoo était le seul candidat à la reprise. Pour les syndicats, c'est un moindre mal, car sinon c'était la liquidation pure et simple. Mais ils restent inquiets quant à l'avenir réel de la marque. En effet, ils craignent une "reprise de façade qui à terme se terminera, quand même, par une liquidation" d'après Force ouvrière.

Inquiétude des syndicats

En attendant, les syndicats de l'enseigne André vont déposer une procédure contre Spartoo. Car, selon eux, le groupe grenoblois n'aurait pas respecté l'accord de soutien du plan de sauvegarde de l'emploi, signé en 2018.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess